fbpx

Dans cet article, j'aimerais vous parler d'un sujet que j'aborde dans mon eBook "7 fondamentaux pour s'auto-éditer et vivre de ses romans" : comment référencer ses livres en librairie ?

Personnellement, j'ai référencé mes livres en librairie deux ans après mes débuts en auto-édition. Je ne pensais pas que ça en valait la peine, je n'étais pas assez connu, personne n'allait les commander de toute façon ! Puis en septembre 2017, j'ai enfin mis mes livres sur les bases de données des librairies comme Dilicom, Décitre, la SFL.

Je peux aujourd'hui vous dire que OUI ça vaut vraiment le coup, même si ça n'a pas été simple... Retour aujourd'hui sur le référencement en libriaire de mes romans et résultats obtenus.

Comment référencer ses livres : galères et solutions

Le jour où j'ai décidé de référencer mes livres en librairie, j'ai voulu faire (comme toujours) les choses par moi-même. J'ai donc entré mes livres dans les bases de données des libraires. Pour plus d'information sur la manière dont procéder rendez-vous sur cet article : Comment référencer son livre sur La Fnac ? mais lisez la suite, car je ne me suis pas arrêtée là. 🙂

Lorsque j'ai mis mes livres sur ses bases de données, je me suis désignée comme fournisseur : c'est donc moi qui recevais les commandes et qui devait envoyer les livres, faire la facturation, les relances de paiement... Et là, ça a commencé à devenir sérieusement galère : parfois je payais les frais de port, parfois non, parfois je recevais les paiements, parfois je devais taper du poing sur la table.

Bref, je n'étais pas toujours rentable, je perdais même parfois de l'argent et cela me prenait beaucoup de temps. J'avais en moyenne 4 commandes par mois, pas énorme mais chaque fois, cela me demandait au moins 1h (emballer le livre, l'amener à la poste, faire la facture...)

J'ai donc cherché une solution...

Passage à Book on Demand

J'ai pris la décision de déléguer le référencement et l'envoi de mes livres à Book On Demand (voir l'article : Diffuser ses livres en librairie : pourquoi choisir Books On Demand ?). C'est donc cette plateforme qui ajoute mes livres sur les bases de données et se charge de les imprimer à la demande et de les envoyer.

En contrepartie, je touche une commission fixe sur les ventes réalisées. Plus besoin de batailler pour être rentable, de faire de l'administratif et de courire à la poste ! 

Quand je vois l'évolution de mes ventes en librairie, je ne regrette absolument pas d'avoir choisi cette option !

Référencer ses livres en librairie, résultats :

(Article mis à jour en mars 2020)

J'ai ajouté mes livres sur Book on Demand pour la première fois en décembre 2017. Sur l'année 2018-2019, j'ai vendu 82 livres grâce aux référencement en libriaire, ce qui m'a rapporté 250€. Ce n'est pas énorme, mais c'est toujours ça de pris, toujours de nouveaux lecteurs qui ont la possibilité de découvrir mon univers et qui potentiellement, viendront lire mes prochains romans, s'inscriront à ma newsletter.

Sur l'année 2019-2020, j'ai vendu 145 livres et généré 509€ de revenus. Donc ça augmente et j'en suis très heureuse (vous pouvez voir tous mes chiffres en auto-édition ici).

Ce qu'il faut par contre retenir de tout ça, encore une fois, c'est que ça ne se fait pas tout seul ! Les lecteurs ne vont pas aller chercher votre livre en librairie s'ils n'en entendent pas parler. Le référencement en libriairie fait donc partie de la stratégie de communication et c'est une option supplémentaire pour les lecteurs lorsqu'ils cherchent à nous découvrir. 🙂

Je vous invite à approfondir cette question avec les articles suivants :

N'oubliez pas aussi de rejoindre la newsletter en auto-édition pour recevoir toujours plus de conseils et de motivation !


CaTÉGORIE


A PROPOS D'ANAIS WEIBEL

Auteure auto-éditée depuis 2015, je vis de ma passion depuis 2018, avec un SMIC réalisé chaque mois grâce à la vente de mes romans. Aujourd’hui, je travaille à temps plein pour faire connaître mes livres et partage mon expérience et mes stratégies avec vous sur ce blog ! :D

Ces articles pourraient aussi vous intéresser :

Tout savoir sur les mentions légales pour un livre imprimé ou numérique

Tout savoir sur les mentions légales pour un livre imprimé ou numérique

Publier un roman en auto-édition : témoignage d’Emilie Vila

Publier un roman en auto-édition : témoignage d’Emilie Vila

Proposer une Edition Reliée très haut de gamme de son livre

Proposer une Edition Reliée très haut de gamme de son livre
  • Bonjour Anaïs, quel est pour toi l’avantage ou les avantages de BOD par rapport à Bookelis ?

  • Bonjour,
    Je suis dubitatif concernant les librairies …
    En tant qu’auteur indépendant et complètement inconnu, je considère que la probabilité que quelqu’un sollicite un libraire pour avoir mon livre est de 0.
    Donc, pourquoi vouloir être en librairie ? L’effort nécessaire me parait très très loin d’en valoir la chandelle.
    De mon point de vue, les librairies, c’est bon pour les auteurs déjà connus et appuyés par leurs maisons d’édition : ceux qui remplissent les têtes de gondoles et autres Goncourt …
    Petite digression : je suis présent sur des RSL et je n’ai trouvé personne qui dise lire les livres ayant reçu des prix ou ceux présentés en tête de gondole, c’est même l’inverse, un prix c’est souvent un repoussoir (c’est d’ailleurs mon cas et les rares fois où j’ai demandé un livre en librairie il n’était pas en stock, souvent même il n’était plus édité du tout).
    Qui sont donc ces lecteurs qui achètent les livres mis en avant par les maisons d’édition ? Mystère et boule de gomme pour moi …
    Revenons à nos moutons : si quelqu’un a entendu parler de mon ouvrage, ce sera forcément par le web ou par le bouche-à-oreille de mon cercle proche, donc dans tous les cas le canal de vente restera le web.
    Et si par extraordinaire, je dis bien par extraordinaire, mes écrits devaient intéresser des lecteurs, alors les choses se feront sinon toutes seules, disons naturellement.
    Je suis assez brut de fonderie : soit mes histoires sont intéressantes et avec de la chance je trouverai mes lecteurs, soit elles ne le sont pas et elles resteront inconnues. (Je sais que mon raccourci peut prêter à critique : il existe de bons livres qui n’ont pas eu de succès et des navets qui se sont très bien vendus, mais ça c’est le fameux facteur chance sur lequel on n’a aucune possibilité d’action, donc rien ne sert de se prendre le chou).

  • {"email":"Email address invalid","url":"Website address invalid","required":"Required field missing"}

    PEnSEZ à télécharger l'ebook offert « Les 7 fondamentaux pour s'auto-éditer et vivre de sa passion » !

    >