Diffuser ses livres en librairie : pourquoi choisir Books On Demand ?

Avr 03

Il y a plusieurs options pour diffuser ses livres en librairie : le faire tout seul auprès de Décitre, Chapitre, la FNAC... ou choisir Books On Demand. 

J'ai personnellement testé les deux possibilités : référencer mes livres par moi-même... mais après plusieurs mois, j'ai finalement opté pour BoD. Pourquoi ce revirement ? Qu'est-ce que cette plateforme m'apporte aujourd'hui ? 

Voici un nouvel article complet sur le référencement des livres auto-édités en librairie.

Diffuser ses livres en librairie par soi-même

Dès mes débuts en auto-édition, j'ai voulu éviter au maximum de déléguer mon activité. Pour mes trois premiers romans, je n'ai pas fait appel à de correcteur ou de designer (pour la couverture).

Je n'ai pas non plus fait appel à une plateforme d'édition à compte d'auteur pour la publication de mon livre au format numérique, ni pour l'impression et la diffusion de mes livres au format papier.

Naturellement, j'ai donc d'abord voulu tester par moi-même le référencement en librairie avant de payer un service extérieur... 

Premiers pas dans le référencement auprès des libraires en autonomie

Au moment de diffuser mes livres en librairie, j'ai commencé par calculer ma rentabilité. Même si elle n'était pas terrible, je ne voulais pas frustrer de quelconques lecteurs.

J'ai donc pris mon courage à deux mains et j'ai fait les différentes démarches administratives pour référencer mes livres chez les libraires. Il faut pour cela inscrire son livre dans différentes bases de données... Deux articles sont disponibles à ce sujet pour expliquer les démarches : 

Globalement, ce n'est pas dur de diffuser son livre auprès des libraires. Ce qui est compliqué, c'est la gestion. Comme je le dis dans mes deux précédents articles, je me suis vite confronté à de grosses difficultés...

Les galères devenues trop importantes

1 - La rentabilité :

Déjà il y a les galères de rentabilité, dont je parle dans mon deuxième article. Pour tout vous dire, il m'est même arrivé de vendre des livres à perte pour honorer une commande. Mais la question va aussi plus loin : quelle valeur à mon temps ?

La rentabilité, c'est calculer le temps que ça demande par rapport aux revenus générés. Et gagner 2€ alors qu'il me faut environ 1h pour préparer le livre, l'emballer, faire la facture, envoyer la facture... et bien, c'est peu payer ! Et encore, c'est quand tout se passe bien...

2 - La gestion des factures et les retards de paiement

Gérer des commandes et facturer des ventes ça nécessite un suivi : les factures sont-elles payées ? Dans les temps ? 

Je crois que c'est finalement ce qui a fini de me dégouter : la SFL (Société Française du livre, voir Article 1) et les retards de paiement. Alan Spade, auteur aguerri m'avait prévenu. Il faut leur courir après pour être payé... et le pire dans tout ça c'est que les 3/4 de mes factures sont pour la SFL. Donc, grosse pression, grosse gestion !

Ça commence d'abord en envoyant un email gentil pour prévenir que le délai de paiement arrive à échéance... Souvent, aucune réponse. Donc, on finit par envoyer un email pour demander le paiement de la facture avec les pénalités de retard. Cela demande de faire une facture modifiée, de rédiger un email courtois (alors qu'on a déjà perdu assez de temps...)...

La spécialité de la SFL ? Vous envoyer un avis de paiement le jour même de l'envoi de cet email annonçant le retard... sans les pénalités. En mode, on n'a rien vu, rien entendu...

3 - La goutte de trop

Je commençais à bouillir, jusqu'au moment où la SFL m'a demandé de modifier 5 factures car la remise n'était pas correcte... En m'inscrivant à la SFL (en partie suite à leur demande), j'avais négocié 30% de remise, j'en ai les preuves. Au bout de 6 mois, ils ont changé d'avis et n'ont rien voulu savoir : c'est 40%, point barre.

J'ai passé l'équivalent de 6h à me "disputer" avec eux pour comprendre... puis à refaire toutes mes factures, à faire des avoirs, à attendre d'être payé... Pour un gain proche de zéro et un état psychologique dans le rouge. Rentabilité nulle, nulle, nulle !

Il est donc devenu urgent que je trouve une solution pour ne plus gérer l'envoi des livres et encore moins la facturation et le suivi.

Diffuser ses livres en librairie grâce à Books On Demand

C'est là qu'intervient Books On Demand ou BoD. J'ai découvert cette plateforme grâce à Nathalie Bagadey. Je vous avoue, je fais confiance à cette auteur et je ne suis pas allée faire une étude de marché pour comparer avec les services de Librinova ou autres... 

La seule chose que j'ai faite, c'est vérifier les avis, poser quelques questions pratiques à Nathalie... et vérifier ma rentabilité.

Une bonne solution pour la rentabilité

Avant BoD, ma rentabilité pouvait varier en fonction du nombre d'exemplaires commandé, des titres (et donc des prix de mes livres...). Après BoD, j'ai une rentabilité fixe : si je vends un exemplaire de L'espoir au corps via BoD, je touche 3,22€, clair, net et précis. C'est donc une assurance de ne pas vendre à perte, comme il m'est arrivé de le faire !

Ensuite et évidemment, plus du tout de gestion (envoie, facture) =: une fois mes livres sur BoD, je n'ai plus rien à faire, à part attendre le virement de mes commissions.

Et puis, pour être franche, la qualité de l'impression est presque équivalente à celle des livres que j'imprime en indépendant (imprimerie française). C'est à dire, une bonne qualité, comparée à celle de CreateSpace ou Kindle maintenant.

BoD : la même diffusion qu'en solo

Et puis dans tout ça, avec BoD mes livres sont diffusés en librairie exactement de la même manière que quand je le faisais moi-même. Ce changement n'a donc pas du tout pénalisé tout le travail que j'avais fait en amont. J'ai juste prévenu les différentes structures du changement de fournisseur et le tour était joué !

Donc comme j'ai choisi ce service de BoD, j'ai pensé que vous voudriez en savoir plus sur cette plateforme, son coût et son fonctionnement.

Présentation rapide de BoD

Déjà, sachez qu'il y a deux interfaces sur BoD : celle des auteurs et celle des éditeurs. Bien entendu, l'interface des auteurs propose plus de services pour accompagner lors de la publication du livre (voir plus loin)

Coûts de base :

Forcément, pour mettre vos livres sur BoD, c'est payant ! BoD propose différentes formules, presque toutes permettent de diffuser vos livres en librairie. Voici la grille tarifaire (Hors Taxe) de BoD pour l'interface des auteurs :

Si vous voulez plus d'informations sur les différentes formules, je vous invite à visiter cette page : Produits et Tarifs - BoD. La version éditeur propose moins de formules (Fun, Classic et Confort seulement) et ces formules sont plus complètes (diffusion internationale, prêt numérique par exemple...).

Comme je n'avais pas besoin des "services aux auteurs", j'ai préféré la version Editeur pour avoir la possibilité d'aller plus loin dans la diffusion de mes livres papier. A noter que pour le moment, je garde totalement la main sur le numérique.

Services complémentaires pour les auteurs

Dans la grille tarifaire pour les auteurs, vous pouvez voir cette ligne "Service aux auteurs". Voici un exemple de ce que BoD propose aux auteurs (cliquez pour zoomer) :

Vous l'aurez compris, je n'ai pas testé ces services, je n'ai donc pas d'avis sur cette partie. Là encore, j'aime me débrouiller toute seule pour ces différentes étapes.

Informations importantes et contractuelles

Depuis que je suis sur BoD, j'ai entendu souvent des choses étranges, très diverses et variées sur les contrats avec BoD.

Par exemple, j'ai entendu dire qu'il fallait payer 150€ pour résilier un contrat. Ni une ni deux, j'ai appelé BoD.  Oui, c'est 150€ si vous résiliez votre contrat hors de la date anniversaire. Sinon, c'est gratuit ! Vous pouvez ainsi résilier gratuitement votre contrat, à partir de 3 mois avant la date anniversaire. 

Une autre chose étrange que j'ai lue : impossible de passer en édition traditionnelle quand on est chez BoD. En effet, dans le contrat, il est mentionné que si vous clôturez votre compte sur BoD, eh bien, vos livres resteront chez eux... Normal non ? Avant de clôturer son compte, il suffit donc de résilier son contrat !

En conclusion, ces informations sont susceptibles de changer, mais BoD est très facilement accessible par téléphone. Donc si vous avez un doute, appelez-les !

Notes suite aux commentaires sur cet article : BoD vs. Amazon

J'ai reçu pas mal de retours sur cet article avec notamment cette question : "Être auto-édité par BoD met le livre broché à 10% de son prix de vente pour l'auteur, contre environ 40% si on passe par Amazon. Ya-t-il une vraie distribution via BoD ? Quel est finalement l'intérêt pour l'auteur ?"

Voici ma réponse : pour un livre papier à 16€ vendu via BoD je touche 3,22€ et sur avec l'impression à la demande Amazon, je suis à 4,47€*. En effet, cela fait une différence, alors pourquoi est-ce intéressant d'être sur BoD, vs mettre son livre papier sur Amazon ?

Tout simplement parce les libraires ne commandent pas leurs livres sur Amazon, mais via des bases de données, dans lesquelles vous allez être référencé en vous inscrivant à BoD.  Amazon reste pour les lecteurs qui achètent par eux-mêmes leur livre sur Amazon, sans commander auprès des libraires.

Le fait que BoD propose d'ajouter vos livres aussi sur Amazon est juste un petit plus, mais qui n'a pas de lien avec la diffusion en librairie. Le plus important c'est que vos livres apparaissent sur Chapitre, La FNAC, ou dans les bases de données des bibliothèques et médiathèques.

* Normalement en référençant mes livres sur BoD, j'aurai dû retirer ma version "personnelle" d'Amazon, sauf que le livre papier référencé par BoD n'allait pas être accolé à l'eBook. J'ai donc ignoré cette close et conservé mon livre papier sur Amazon, en plus d'un second qui traine par BoD (cliquez sur les liens pour voir la différence).

Je pense que cet article clôture pour le moment le chapitre sur le référencement et la diffusion des livres en librairie pour les auteurs indépendants ! Vous devriez avoir à présent toutes les informations nécessaires à faire votre propre chemin dans ce parcours du combattant. 🙂


Follow

À propos d'

Je suis auteur indé depuis 2015 et auteur à temps plein depuis novembre 2016. Chaque jour, je mets en place des stratégies pour vivre de ma passion et je les partages avec vous sur ce blog.

  • Alexandre dit :

    Aaah ! Un article plus qu’intéressant sur BoD ! Merci pour ces infos et je pense m’orienter chez eux lors de la publication de mon livre. J’étais partant d’abord pour Imprimermonlivre.com mais après l’achat d’un livre chez eux j’ai été un peu déçu de la qualité (beaucoup de pages froissées et la pellicule de la couverture de décolle déjà !) de plus, ils ne distribue la version papier QUE sur Amazon seulement (d’autant plus qu’ils m’ont dit avoir quelques problèmes de référencement avec eux) en plus du catalogue de leur site internet et sur Kobo pour la version Ebook, ce qui est très peu, même pour quelque chose d’entièrement gratuit. BoD propose pour 19e HT la distribution dans 5000 librairies classiques et 200 en lignes d’après ce que j’ai pu voir sur leur site, et comprenant amazon, la Fnac, décitres, chapitre.com etc… pourquoi s’en priver ?

  • Bonjour Anaïs. Je vous ai déjà contactée pour différents motifs car je trouve que vos articles sont clairs, mais on a parfois des questions qui nous trottent dans la tête et c’est pourquoi je reviens vers vous.
    J’ai bien compris comment bod fonctionne, mais je voulais savoir si l’on peut laisser les deux versions sur Amazon : celle de createspace et celle de bod ? Par exemple, le même texte, le même titre, mais un isbn et une couverture un peu différente?
    Et au plaisir de vous lire
    cordialement

    • Bonjour Isabelle, sauf erreur de ma part, la réponse est dans l’article 😉

      “Normalement en référençant mes livres sur BoD, j’aurai dû retirer ma version “personnelle” d’Amazon, sauf que le livre papier référencé par BoD n’allait pas être accolé à l’eBook. J’ai donc ignoré cette close et conservé mon livre papier sur Amazon, en plus d’un second qui traine par BoD (cliquez sur les liens pour voir la différence).”

      Au plaisir également 🙂

      Anaïs

  • Nadine dit :

    Bonjour Anaïs, cela fait un moment que je suis tes articles, par contre d’après mes recherches, mes discussions avec d’autres auteurs, et surtout en faisant le calcul, je gagne largement le double en vendant mes livres moi-même (même si du coup je dois payer les frais de port) qu’en passant par BoD.

    • Bonjour Nadine !

      Alors, quand je vends les livres moi-même sur mon site, même en payant les frais de port, je gagne aussi le double !
      Mais si je dois ensuite ajouter à cela 30 ou 40% de commission ce n’est plus jouable.
      je pense que cela dépend aussi beaucoup du statut juridique et du prix de vente des livres et des coûts d’envois propre à chacun 🙂

  • jean-Pascal dit :

    Très interessante expérience, je viens de parcourir différents articles riches d’enseignements.( Un détail : si, pour les verbes du premier groupe, vous avez tendance à utiliser l’infinitif quand il s’agit de la deuxième personne du pluriel ; écrire ez plutôt que er, serait très bien).
    Merci pour vos articles.
    JP Huvé

  • Suzanne dit :

    Bonjour Anaïs,

    Je souhaite distribuer deux de mes livres brochés via BOD. J’hésite cependant entre les statuts d’auteur et d’éditeur. Je lis que vous avez opté pour éditeur. Qu’est-ce qui a motivé votre choix ? J’ai contacté BOD pour savoir quelles sont les différences entre les deux statuts, mais je n’ai pas obtenu de réponse claire de leur part.

    Bien à vous,
    Suzanne (Marty)

    • Bonjour Suzanne,
      J’ai pris “éditeur” car cela permet d’avoir les impressions en 70g aussi, alors que ce n’est pas disponible en tant qu’auteur. C’est aussi un chouilla moins cher… Enfin, ce n’était pas bien clair pour moi non plus alors j’ai juste pris une décision ^^

      • Suzanne dit :

        Merci de cette réponse rapide Anaïs, je vais garder du coup mes propres isbn. Je n’aimerais pas trop voir mentionné sur mes livres “Editeur : Book on demand” alors que c’est moi qui fais tout… 😀

      • Georges dit :

        Bonjour Anaïs, Article particulièrement intéressant. Lorsque vous dites que vous avez pris “éditeur”, faut-il obligatoirement les contacter ou faut-il utiliser la création du compte proposée en ligne ? J’avoue que ce n’est pas clair sur leur site. J’ai peur de faire une bêtise.
        Cordialement,
        Georges

        • Bonjour Georges, vous n’avez pas besoin de les contacter, vous choisissez simplement l’option qui vous convient le mieux. En effet ce n’est pas très clair, c’est pour cette raison que j’ai juste pris une décision ! Grosso-modo les services sont les mêmes pour Auteur ou Editeur, sauf le papier 70g je crois 🙂
          Bien à vous
          Anaïs

          • Georges dit :

            Merci pour votre réponse rapide. Je viens de me créer un compte, il y a effectivement une case auteur et une case éditeur à cocher lors de l’inscription. Pour le papier, on a le choix entre du 80 et du 90 g. Il y a une case pour rentrer ses propres isbn. Je ne voudrais absolument pas que BOD soit mentionné comme éditeur, c’était là ma crainte. Le tableau des tarifs et des mentions est quelque peu différent de celui qui vous présentez. Il y a aussi un champ pour mentionner l’éditeur.
            J’ai encore une question, étant déjà référencé sur Dilicom, comme vous l’étiez, faut-il faire supprimer les fiches existantes pour éviter un conflit d’isbn, car je souhaite conserver les mêmes chez bod ? Merci.
            Georges

          • BoD ne sera pas mentionné comme éditeur mais comme fournisseur/distributeur. Et il faut en effet faire le nécessaire auprès de Dilicom, je vous invite à les contacter directement pour ça, ils s’en chargeront 🙂

          • Georges dit :

            Merci bien pour toutes ces précisions 🙂 Je me suis reconnu dans votre article, car j’ai connu les mêmes déboires avec cette fichue SFL/Fnac qui se moque du monde Ils ont même refusé de me régler une commande de plusieurs livres sous prétexte qu’il n’y avait pas leur tampon sur le feuillet de livraison, à fuir donc en direct. Bod propose une distribution internationale en payant un supplément de 9,90 euros, cela vaut-il le coup ?

          • Je ne sais pas je n’ai pas testé le service international de BoD 🙂

          • Georges dit :

            Une nouvelle question qui pourrait intéresser les autres : lorsqu’un libraire commande via la Sodis, doit-on avancer les frais de fabrication à BOD (ou est-ce que ça vient en déduction lorsque les royalties sont versées), car moi, hors SFL et Decitre, j’avais l’habitude d’imposer le pro forma pour ne pas avoir à avancer les frais de fabrication. Merci beaucoup 🙂

          • Bonjour Georges, non vous n’avancer pas les frais, comme pour Amazon CreateSpace/KindlePrint, vous touchez simplement des royalties sur les ventes réalisées via BoD.

  • Lucie dit :

    Bonjour,
    le montant réglé à BOD est-il dû uniquement lors de la création du livre ou tous les ans ?
    Quelle est la périodicité des paiements de BOD ?
    Par avance merci pour vos réponses
    Lucie

    • Le paiement est une seule fois à la création de votre contrat avec BoD. Ils vous versent ensuite les royalties tous les mois à condition que ça soit supérieur à 25€, sinon vous devez attendre d’avoir atteint 25€ pour recevoir vos royalties.

  • Georges dit :

    Bonjour Anaïs,
    Normalement la Sodis pratique les retours libraires. En est-il de même lorsque l’on passe par Bod ? Avez-vous connu le cas ? Si oui, comment cela se passe-t-il avec les ouvrages qui ont été imprimés. Merci.

  • >