fbpx

Il y a un an j'ai fait quelque chose de fou pour beaucoup de gens : quitter le salariat. En novembre 2016, je suis ainsi devenue auteur-entrepreneur à temps plein. Il s'est passé beaucoup de choses cette dernière année et je peux déjà vous dire : je n'ai aucun regret !

Dans cet article, je souhaite faire le bilan de cette année écoulée hors du salariat pour vous montrer que tout est possible tant qu'on s'en donne les moyens... et aussi le temps.

Si, vous aussi, vous souhaitez quitter votre job pour retrouver votre indépendance et réinventer votre vie, alors vous trouverez dans cet article une idée des possibilités qui s'offriront à vous... et une bouffée de motivation !

Petit rappel sur mon parcours

C'est depuis notre séjour aux Etats-Unis en 2014 que Steven et moi aspirons à être entrepreneur. Il nous aura fallu deux ans pour que cette idée se concrétise. Cela a demandé de nombreux préparatifs. 

Nous nous sommes ainsi formés, nous avons analysé notre situation, nos besoins, les projets que nous aimerions réalisés... et il nous a fallu chacun un électrochoc pour quitter le salariat.  

Me concernant, de retour en France en mars 2015, j'ai commencé une thèse en biologie qui s'est très mal passée. J'ai donc tout remis en question et en parallèle à cette thèse, je me suis lancée dans l'auto-édition de mon premier livre. 

Rassurée sur les possibilités qui s'offraient à moi, j'ai démissionné le 4 janvier 2017. J'ai pris un CDD temporaire de 9 mois, le temps de bien organiser ma sortie du salariat (et aussi celle de Steven). Le 1 er novembre 2017, je n'étais plus salariée !

Le point sur mes projets en un an : avancées spectaculaires !

Dans cette première partie, je vous mets un petit bilan sur les trois projets centraux de cette dernière année. Dans une seconde partie, j'aborderai un aspect plus personnel de cette année 2016-2017 et de tout ce qu'elle m'a apportée. 🙂

Auteur indépendante à temps plein 1 an après : du tout au tout.

Au milieu des différents projets, mon activité d'auteur reste la principale. Je consacre 95% de mon temps à l'écriture et à la promotion de mes romans. Cela fait donc 2 ans que j'ai auto-publié mon premier livre "Au-delà des tours", mais être à 100% sur cette activité, 8h par jour, a considérablement changé les choses.

Deux évènements ont particulièrement marqué cette première année hors du salariat :

  • mon premier Salon du livre en février 2017. J'avais repoussé le moment de rencontrer mes lecteurs car j'avais peur et je ne savais pas comment m'y prendre.... Finalement, ça s'est avéré une expérience très riche sur tous les plans : développement personnel, augmentation de mon lectorat... et donc de mes recettes.
  • la sortie de mon troisième livre en septembre 2017. Ne plus être salariée m'a permis d'avoir plus de temps et donc de recul sur mes projets. Pour la sortie de mon troisième livre "L'espoir au corps", j'ai donc analysé toutes mes erreurs passées et mis en place de nouvelles stratégies. Et je peux vous dire que le succès a été au rendez-vous. Alors qu'après deux ans "Au-delà des tours" compte 600 lecteurs, un mois et demi après sa sortie, "L'espoir au corps" compte plus de 1200 lecteurs ! Et bien entendu, cela se répercute sur mes recettes...

Cliquez pour zoomer

Cette année a donc été essentiellement dédiée à la vente de mes romans. Mais ce dernier mois, je développe un nouveau projet qui me permettra de compléter mes revenus. Je compte en effet utiliser mon expertise d'auteur (plus particulièrement sur les séances de dédicaces) pour créer une formation et aider les auteurs.

J'ai ainsi commencé par proposer un eBook gratuit "7 fondamentaux pour s'auto-éditer et vivre de ses romans" et mon projet de formation devrait se concrétiser courant 2018.

Notre investissement immobilier 1 an après

En parallèle à l'auto-édition, Steven et moi avons aussi invesi dans l'immobilier. C'est un pilier important pour remplacer son salaire. Après avoir suivi la formation d'Olivier Seban nous avons donc acheté un appartement en Essonne, en avril 2016.

Cet appartement était dans un état lamentable et nous l'avons entièrement rénové pour qu'il devienne un appartement "coup de coeur" et ainsi faire de la plus-value. 

Exemple achat-revente - Avant/Après

Depuis, nous n'avons plus besoin de rester dans la région parisienne et nous avons déménagé dans le sud. Mi-septembre 2017, nous l'avons donc remis en vente et trois semaines plus tard, nous avons signé une promesse de vente. Grâce à ce premier investissement, nous avons ainsi réaliser une plus-value de 27 000 €, moins de deux ans après l'achat officiel !

Même si cela ne nous a pas demandé de travail, c'est clairement un projet auquel nous avons réfléchi durant cette première année hors du salariat et qui nous permet aujourd'hui de réinvestir pour voir plus grand.

Bilan personnel : quitter le salariat, c'est surtout une vie qui change

Bien entendu quand on quitte le salariat, il faut se concentrer sur ses projets pour remplacer son salaire… Mais c’est aussi, et surtout, toute une vie qui change ! Depuis Novembre 2016, ma vie, et celle de Steven, a été totalement chamboulée.

D’abord il y a cette nouvelle liberté tant attendue… Ensuite, il y a cette petite pression financière qui nous pousse à aller plus loin et à se surpasser. Après un an, je dirais que quitter le salariat est la meilleure chose qui pouvait m’arriver !

Je vous en dis un peu plus pour vous motiver à prendre le taureau par les cornes si vous hésitez à passer le cap...

De nouvelles routines... mais avec plus de liberté !

Retrouver notre liberté… spatiale, temporelle, financière… C’est ce qui nous a donné envie de quitter le salariat. La liberté financière sera la plus longue à mettre en place, mais aujourd’hui, j’ai retrouvé ma liberté spatiale et temporelle. Je travaille où je veux et quand je veux !

Libbree ! 

Je n’ai plus besoin de faire 2h de transport et de me taper les bouchons pour aller travailler. Quelques pas me suffisent pour arriver à mon bureau ! Plus besoin non plus d’attendre la fin de journée ou le weekend pour faire les courses en même temps que tout le monde !

Fini aussi la frustration des beaux jours : il fait grand soleil et c’est l’idéal pour une bonne promenade en forêt ? Très bien, j’arrange mon travail et je fonce sans avoir à poser mon après-midi ou demander l’autorisation !

Depuis un an, je gère ainsi mon temps comme je le souhaite. 😀

Idyllique ? 

Pourtant je ne chôme pas ! Steven et moi avons mis en place cette dernière année une nouvelle routine d'entrepreneur pour être très efficace sans se tuer à la tâche. Je vous parle de cette routine dans cet article si ça vous intéresse : "Quitter la "routine" et instaurer des routines d'entrepreneur a changer notre vie !"

Bien sûr, ça n’empêche pas les périodes de travail intensives. Il faut développer nos projets et il y a parfois des dates clés. La sortie de mon troisième roman m’a par exemple demandé plus de trois mois de boulot quasi non-stop… Mais comme j’aime ce travail et que je le fais pour moi... ça ne m’a pas posé de problème !

Quitter le salariat : une source de développement personnel inépuisable !

Ce que je retiens de cette année écoulée, c’est qu’il faut sans cesse apprendre, tester, s’adapter… se surpasser ! Et c’est très stimulant… absolument génial !

Grand challenge de cette année n°1 

Je vous parlais de mon premier Salon du livre qui a marqué un grand changement cette année. J'ai dû surpassé mes peurs pour aller à ce Salon du livre... et aussi pour toutes les séances de dédicaces que j'ai décidé de faire par la suite !

Aller à la rencontre de ses lecteurs, vendre ses produits, se vendre, c'est en effet un exercice difficile mais très enrichissant.

Grand challenge de cette année n°2

Il y a aussi la sortie de mon troisième roman. Comme je vous le disais, cela m'a demandé beaucoup de travail. Tout au long des préparatifs, j'ai ainsi battu des records d’organisation et de gestion. J'ai aussi dû affronter mes peurs pour contacter les médias... et je suis même passée à la radio ! Ca a donc été un véritable challenge personnel.

Et vous savez quoi ? Les résultats sont là ! La sortie de L’espoir au corps a été un franc succès (à mon échelle bien sûr, pas à celle de Musso ou Levy). Un succès en matière de chiffres (lecteurs et recettes) mais aussi pour la confiance en moi !

Voilà ce que m’a apporté cette première année hors du salariat : la liberté de m’épanouir. Et ça n’a pas de prix, quelle que soit la pression financière derrière.

Le mot de la fin 

Une année. 12 mois. 365 jours. Je trouve ça incroyable tout ce que l’on peut accomplir dans ce laps de temps. Cela me remplit de confiance pour la suite : si j’ai fait autant de choses et de progrès en un an, notre objectif avec Steven de liberté financière dans les 5 ans est tout à fait possible.

Notez bien : 1 an. Si vous sentez que votre boulot ne vous correspond plus, que vous souhaitez vous réorienter, changer de vie, repartir sur de nouvelles bases… rien ne vous empêche ! Prenez quelques mois pour vous organiser en parallèle à votre job : formez-vous, faites des économies… et lancez-vous. Comptez une année et faites votre maximum pour réinventer votre vie et retrouver votre liberté.

Vous verrez, il y a plus de chances que vous réussissiez votre projet si vous passez à l'action... que si vous restez là à rêver simplement. 😉


CaTÉGORIE


A PROPOS D'ANAIS WEIBEL

Auteure auto-éditée depuis 2015, je vis de ma passion depuis 2018, avec un SMIC réalisé chaque mois grâce à la vente de mes romans. Aujourd’hui, je travaille à temps plein pour faire connaître mes livres et partage mon expérience et mes stratégies avec vous sur ce blog ! :D

Ces articles pourraient aussi vous intéresser :

La diffusion pour les auteurs indépendant : avis sur Immatériel

Un an en auto-édition : investir en soi pour réussir, avec Fabrice Causapé

Comment développer son lectorat ? Quelques pistes et conseils anti-burn out

  • Coucou,
    Un article vraiment intéressant 😉
    Je suis entrain de fermer mon entreprise pour me consacrer pleinement à l’écriture, mais aussi parce-qu’avec mon mari nous venons d’investir nos fonds dans 2 chalets au milieu des bois, car nous souhaitons vivre en semi-autonomie.
    J’aurai donc beaucoup plus de temps pour moi et l’écriture, car mon entreprise actuelle me prenais tout mon temps et même mes week-ends. Quand je te lis ça redonne du baume au coeur, et je croise les doigts pour que cela marche aussi pour moi, bien que je n’ai pas à me plaindre, j’ai vendu 48 livres en une semaine lors du lancement de mon premier livre, alors qu’il errait dans mon placard depuis plus de deux ans, et c’est en lisant des blogs comme le tien que je me suis donnée le courage de me lancer 😉 merci pour tes partages d’expériences, Nadine

  • Anaïs,

    Je vous suis depuis quelques temps et sachez qu’auprès de vous, j’ai déjà appris beaucoup de choses concernant l’auto-édition. Je vous remercie 1000 x pour le temps que vous prenez pour nous charmer avec vos romans (je dois encore en lire 2 mais ma PAL est gargantuesque), avec vos sites, vos posts, vos conseils,…

    Je prends toujours plaisir à ouvrir vos mails et autres informations vous concernant.

    Continuez ainsi à me faire, non pas rêver, mais envie d’aller de l’avant dans le monde de l’écriture malgré que je sois atteinte de sclérose en plaque. Ce qui est un challenge encore plus motivant.

    Amicalement,
    Larème

    • Larème,

      c’est vous que je devrais remercier. Seule, tout ce travail aurait moins de sens et c’est donc grâce à vous – qui laissez des commentaires, répondez à mes emails, qui souhaitez découvrir mes romans, qui me suivez sur les réseaux – que j’ai envie de continuer à me surpasser. C’est une énergie mutuelle que nous nous transmettons et je vous remercie du fond du coeur d’être à mes côtés et de vos messages encourageants 🙂

  • {"email":"Email address invalid","url":"Website address invalid","required":"Required field missing"}

    PEnSEZ à télécharger l'ebook offert « Les 7 fondamentaux pour s'auto-éditer et vivre de sa passion » !

    >