Vivre de ses romans
Partagez !

L’Abonnement Kindle d’Amazon : un autre avantage de KDP Select

Je n'y aurais jamais cru mais pourtant, il est possible de vivre de ses romans grâce à Amazon. Et surtout grâce à un avantage de KDP Select : la possibilité de rendre son eBook disponible à l'emprunt Kindle...

Pour vous aujourd'hui, je reviens sur mon expérience avec Amazon KDP et son programme KDP Select : expériences passées et loupées, expériences nouvelles et surprenantes. Si vous n'êtes pas encore convaincus que vous pouvez vivre de vos romans grâce à Amazon, cet article va vous ouvrir les yeux. Et si vous ne voulez pas entendre parler d'argent, eh bien pensez à votre lectorat ! 

Bien entendu, cet article n'engage que moi et ma stratégie en tant qu'auteur. Je ne suis pas "pro-Amazon" plus que "pro-autre-chose", mais Amazon offre des outils et une visibilité non négligeable. C'est pour cette raison que je concentre beaucoup de mes efforts sur cette plateforme... et, vis-à-vis de mon objectif de vivre de mes romans, cela à fini par porter ces fruits.

Petit rappel sur Amazon KDP Select

Lorsque l'on publie son eBook sur Amazon, on publie sur la plateforme KDP pour "Kindle Direct Publishing". En publiant via cette plateforme vous avez ensuite le choix de souscrire ou non au programme "KDP Select". 

Ce programme vous offre différents outils promotionnels, en échange de la publication exclusive de votre eBook sur Amazon. Si vous ne connaissez pas encore les détails de ses outils, je vous invite à lire cet article : Pourquoi pas souscrire à Amazon KDP Select ?

Parmi ces outils, il y a la possibilité d'inscrire son livre à l'Abonnement Kindle ou Kindle Unlimited (KU) en anglais. Cet Abonnement Kindle permet aux lecteurs d'emprunter des eBooks sur Amazon et les auteurs sont rémunérés à chaque emprunt.

Mais je vais revenir plus en détail sur cet avantage de KDP select plus loin. Avant, j'aimerais revenir sur mon expérience passée avec Amazon. Vous verrez ainsi que ça n'a pas toujours été rose. Il faut du travail et de l'acharnement pour faire "percer" son livre sur Amazon.

Deux précédentes expériences avec Amazon KDP Select

Comme tout jeune auteur auto-édité, en 2015, j'ai beaucoup hésité à souscrire à ce programme. Est-ce que ça vaut le coup ? Vais-je empêcher des lecteurs d'autres plateformes (Kobo...) de découvrir mon livre ? C'était un véritable dilemme.

J'ai pourtant fini par mettre mon premier roman Au-delà des tours en exclusivité sur Amazon. Et j'ai testé les différents outils à ma disposition, dont les jours de gratuité. Je m'y suis cassé les dents... et connu mes premières réussites en termes de lectorat. Tout est expliqué et détaillé dans cet article "Amazon KDP Select : premiers résultats et apprentissage". 

Résultat de la publication de mes deux premiers romans sur Amazon

Entre 2015 et 2017, j'ai donc essayé de comprendre comment avoir des ventes régulières sur Amazon. Mais je m'y suis mal prise, je ne connaissais pas encore tous les avantages de KDP Select ! 

Mes deux premiers romans se sont perdus dans les limbes du site dès leur publication. J'ai tenté d'améliorer leur référencement et de les faire remonter dans les classements... mais c'était trop tard. En fait, tout se joue dès la sortie, et avoir déjà un lectorat aide beaucoup.

Pour vous donner une idée, avant septembre 2017, ça se résumait à - grand maximum - 5 ventes d'eBooks par mois sur ces deux dernières années...

Ce que j'ai finalement retenu

Avec la publication de mes deux premiers romans sur Amazon, j'ai retenu trois choses :

  1. Amazon est un outil. Comme tout outil, il faut apprendre à l'utiliser et le maîtriser. Cela demande à se former sur internet, via les livres ou les autres auteurs. Amazon utilise des algorithmes précis pour juger la qualité d'un livre ou pour le proposer aux lecteurs. Il faut connaître et comprendre ces algorithmes.
  2. Amazon n'est pas un agent littéraire. Il n'est pas là pour faire la promotion de vos livres, ou il ne la fait que quand vous avez déjà du succès. C'est donc à vous de partager les informations : votre livre va sortir sur Amazon, il est en promotion, il a des commentaires...
  3. Publier sur Amazon fait partie d'une stratégie globale. J'aime dire qu'il ne faut pas mettre tous ses oeufs dans le même panier. Ainsi, j'ai beau avoir mes trois romans en exclusivité sur Amazon, je travaille en parallèle à la diffusion de mes livres papiers.

Basé sur cet apprentissage parfois douloureux, j'ai saisi l'opportunité de la sortie de mon troisième roman. C'était le moment pour tout reprendre du début et faire les choses dans l'ordre, afin de faire décoller mon livre sur Amazon. 

La sortie de L'espoir au corps : un tournant et la découverte d'un avantage de KDP Select

De longs préparatifs

Grimper dans le TOP 100 Amazon et réaliser des ventes régulières demande un travail long et continu. Au moment de le publier sur Amazon, cela commence par le référencement du livre. C'est-à-dire, choix des mots-clés, des catégories, travail de la description... J'ai beaucoup appris grâce à l'eBook gratuit offert sur Kindlepreneur (il est en anglais).

Ensuite, il faut faire un lancement en béton pour la publication de son livre. Là aussi différentes stratégies existent. Par exemple, faire un prix spécial le jour de la sortie sur une durée plus ou moins longue.

Le but est d'avoir un maximum de vente dès la sortie du livre et rapidement des commentaires. Le livre se classe ainsi bien dans les catégories et les mots-clés choisis. Ainsi de nouveaux lecteurs, totalement inconnus, ont plus de chance de trouver le livre et de l'acheter... Un cercle vertueux donc !

Aujourd'hui L'espoir au corps se classe n°2 sur le mot-clé "roman psychologique"

C'est tout ça que j'ai bossé d'arrache-pied pendant 3 mois, pour la sortie de L'espoir au corps. Et aujourd'hui, les résultats sont là... Et bien au-delà de mes espérances 

Premier résultat : explosion des ventes

Si vous voulez connaître en détail le bilan à peine un mois après  la sortie de L'espoir au corps, je vous invite à lire cet article "Organiser le lancement de son livre : bilan de L'espoir au corps." J'y parle aussi de toute la stratégie mise en place... 

Mais aujourd'hui, je vous donne un bilan avec plus de recul, 4 mois après la sortie.

Déjà, L'espoir au corps s'est maintenu dans le TOP 100 des meilleures ventes Amazon Kindle. Il en est sorti parfois restant souvent dans le TOP 120... Au total, 95 jours dans le TOP 100 pour être précise et il s'y trouve encore aujourd'hui !

Ce bon classement est dû aux ventes des eBooks. Pour vous donner des chiffres, en moyenne j'ai fait 683 ventes/mois les 3 premiers mois. Et en mettant L'espoir au corps dans le programme KDP Select, j'ai pu être sélectionné pour la promotion du mois de janvier. Ce mois-ci, j'ai fait 830 ventes d'eBooks, soit environ 27 ventes par jour.

Bien entendu, le succès de L'espoir au corps (à mon humble échelle) s'est répercuté sur les ventes de mes deux autres livres. Depuis la sortie de L'espoir au corps, je suis ainsi passée de 5 eBooks/mois... à 25 pour "Au-delà des tours" et 13 pour "Débolis Héyavé". Pas mal mais à améliorer. 😉

Et donc des revenus...

Au début quand je pensais à Amazon, je ne pensais pas que je pourrais faire un quelconque revenu avec des livres vendus 1,99 ou 3,99€... Pourtant, la sortie de L'espoir au corps a changé ma vision des choses. 

Ainsi, de début octobre à fin janvier, grâce à la vente d'eBook uniquement, je fais en moyenne 1 000€ de recettes/mois, soit 830€ de bénéfices nets (22,5% de charges sociales). Même si tout cela est le fruit de mon travail et d'une promotion continue sur mes romans, il faut aussi voir que ce sont des ventes "automatiques". Je me lève le matin, à 8h j'ai parfois déjà 10 ventes. Alors que je n'ai encore rien fait de ma journée ! 

Et ce qui est encore plus beau (et incroyable), c'est que depuis la sortie de L'espoir au corps, je peux enfin dire que je vis de mes romans, avec les ventes sur Amazon cumulée à mes séances de dédicaces !

Découverte d'un avantage de KDP Select : l'Abonnement Kindle

La publication de mon troisième roman m'a ouvert les yeux sur les possibilités qu'offrait Amazon, et Amazon KDP Select. Oui, il est possible de bien classer son livre, d'avoir des ventes régulières et de relancer ces précédents romans. Il est aussi possible de dégager un revenu non négligeable de la vente des eBooks...

Mais à tout ça, vient aussi s'ajouter un avantage de KDP Select, que j'avais jusque-là ignoré : l'Abonnement Kindle. Comme je vous le disais avec KDP select, il est possible de mettre son livre dans la bibliothèque d'emprunt Kindle...

Et les chiffres obtenus grâce à cet Abonnement Kindle ont été encore plus surprenants que les ventes d'eBooks !

Comment fonctionne le système d'emprunt Kindle pour un auteur ?

Les lecteurs peuvent ainsi souscrire à l'Abonnement Kindle pour emprunter des eBooks, pour 9,99€ par mois. Mais comment un auteur est-il rémunéré pour l'emprunt de son livre ? En effet, le lecteur peut tout aussi bien lire 3 pages que l'intégralité du livre...

En fait, L'auteur est payé à la page lue. Pour définir un nombre de pages lues sur une Kindle, Amazon utilise un système connu sous le nom barbare de "KENP" (Kindle Edition Normalized Page Count). C'est ce système qui estime le nombre de pages lues par les lecteurs sur leur liseuse et qui permet ensuite de rémunérer l'auteur.

Comment le prix de la page lue est-il fixé ? Eh bien, ça varie tous les mois selon le "Fond Global" de KDP Select. Ce "Fond Global" est alimenté par les lecteurs souscrivant à l'Abonnement Kindle. Puis les fonds sont redistribués à tous les auteurs ayant mis leur livre sur l'emprunt Kindle. 

Tout ça est un peu complexe et me dépasse parfois. Mais une chose est sûre : une page lue c'est environ 0,0045 centime d'euros (donc moins d'un centime). Généralement, rapporter à la totalité du nombre de pages du livre, le lecteur paie un peu moins cher que s'il avait acheté le livre sans l'emprunter.

Vous allez me dire : en quoi l'Abonnement Kindle est-il un avantage de KDP Select si c'est pour gagner moins d'un centime ? Voici ma réponse, post-publication de L'espoir au corps.

Vivre de ses romans avec 0,0045 centime ?

Je pensais en effet que ce n'était pas avec 0,0045 centime par page lue, que j'allais mettre du beurre dans mes épinards ! Avec mes précédents romans mis sur Amazon KDP Select, les KENP ne me rapportaient pas grand-chose, rarement plus de 5€ par mois... Forcément, avec des livres inconnus perdus dans Amazon, pas de lecteurs pour emprunter...

Mais avec la sortie de L'espoir au corps, les choses ont radicalement changé. Grâce à son classement dans la boutique Kindle et sur certains mots-clés...

Car quand les lecteurs se mettent à emprunter votre livre et que vous avez, à la fin du mois, 300 000 pages lues ... Eh bien vous avez gagné plus de 1 350€ ! Et c'est ça que j'ai découvert avec la sortie de L'espoir au corps. La puissance de cet outil de KDP Select ! Ainsi, de début octobre à fin décembre 2017, j'ai fait en moyenne 900€/mois de recette (700€ de bénéfice) grâce à l'Abonnement Kindle. 

Du coup, mon deuxième roman Débolis Héyavé était sur Kobo et ne se vendait pas du tout. Je l'ai donc passé en exclusivité Amazon le 14 janvier. Depuis, grâce l'Abonnement Kindle, j'ai eu 1 200 pages lues, soit environ 10 lecteurs pour ce livre de 126 pages). Cela me rapporte, en gros 5,50€. C'est autant que les 8 eBooks vendus sur cette même période. Ça veut peut-être dire que grâce à l'Abonnement Kindle, je vais doubler mon nombre de lecteurs et mes revenus. 😉 

Suivi des ventes de "Débolis Héyavé" et des pages lues


Ma conclusion à cet article est très simple : si vous vous demandez si vous devez mettre votre livre en exclusivité sur Amazon, pensez à cet avantage de KDP Select !

Si vous avez plusieurs romans, vous pouvez toujours tester en mettant un livre sur Amazon KDP Select et un autre sur plusieurs plateformes. 

Mes prochains défis avec Amazon : 1) relancer les ventes de mes deux premiers livres pour les rendre plus automatique (référencement). 2) avoir le même résultat ou meilleur, avec la sortie de mon prochain roman !

Et vous ? Quelle est votre expérience ?

Je sais que chaque auteur à une expérience différente sur la publication de son livre et sur Amazon. Si vous avez envie de la partager avec moi, utilisez les commentaires !

Avez-vous souscrit à Amazon KDP Select ? Ou avez-vous préféré mettre votre livre sur plusieurs plateformes ? Si vous êtes sur Amazon KDP Select, l'Abonnement Kindle vous apporte-t-il des résultats ?

À propos d' Anaïs de Vivre de Ses Romans

Je suis auteur indépendante depuis 2015. En novembre 2016, j'ai décidé de devenir auteur-entrepreneur et de mettre en place des stratégies afin de vivre de ma passion. Sur ce blog je partage avec vous mon expérience dans le monde de l'auto-édition et vous guide, si vous aussi vous souhaitez vivre de vos romans.

Suivez-moi sur :
  • merci pour cet article qui lève mes derniers doutes. dans une vie antérieure, j’ai commencé par me mettre sur select sans réfléchir. Mais comme toi au début, j’ai raté mes lancements et cela ne me rapportait pas grand choses. Une dizaine d’euros par mois tout au plus. Et puis, cela m’a agacé et j’ai tout enlevé de KU. C’est dommage, car j’ai alors perdu mes maigres euros. J’ai eu beau remettre mes livres en select, ce n’est jamais revenu…
    Bref, pour cette nouvelle plume, je vais jouer la carte à fond. D’autant plus que la romance, ça marche mieux en général 😉
    PS: ton livre est très bien référencé, dès que j’étudie les top 100 à droite à gauche, il est toujours là!

    • Anaïs W. dit :

      Bonjour Ghaan !
      Avec Amazon, c’est toujours une question d’apprentissage, d’analyse et de stratégie ! C’est bien de rebondir, n’hésite pas à repasser par ici pour nous parler de tes résultats 🙂
      Eh en effet, mon livre se référence bien et j’espère que ça va continuer 😉

  • Nadine dit :

    Bonjour Anaïs, j’ai lu avec attention ton article. Pour ma part, je me suis lancé il y a quelques mois maintenant et ça marche plutôt bien pour moi. J’avais effectivement commencé avec les offres Kindle KDP mais je me suis rendu compte en tentant l’aventure avec l’une de mes nouvelles sur d’autres plateformes, que contrairement à Amazon pour lequel je dois régulièrement parler de mes livres pour les faire connaître, et donc faire de la pub, ce qui me permet presque d’en vivre à présent. Et bien, j’ai tenté d’autres plateformes, et alors que je n’en avais pas encore parlé autour de moi, donc sans pub, je vends, ce qui m’a fait changé d’avis, et à présent au fur et à mesure je ne renouvelle pas mes abonnements au programme KDP.

    • Anaïs W. dit :

      Bonjour Nadine ! C’est un retour très intéressant.
      Si j’ai bien compris, tu as publié toi-même ta nouvelle sur les autres plateformes. Est-ce que tu avais aussi travaillé le référencement de ta nouvelle sur ces plateforme (mots-clés, catégorie, description…) ?
      Tu as une idée de pourquoi ça fonctionne mieux sur ces plateformes sans pub que sur Amazon avec pub ?
      Ca m’a rendu curieuse ^^

  • Séverine dit :

    Je suis loin de tes supers scores même si je suis déjà satisfaite par rapport à ce que je vendais sur mon site. Par contre, je suis à 100% de ton avis pour kdp select. Cela représente plus de la moitié de mes gains tous les mois. Mon dernier marche bien (rien par rapport à toi) mais il est toujours bien lu, déjà 1500 pages sur février. Donc je dis oui à 100%. Pour le lancement, le livre en anglais, il est très théorique ? car je maîtrise bien l’anglais courant, mais pour le technique c’est autre chose.

  • J’ai publié mon deuxième roman sur KDP, le premier lui sur une autre plateforme, et le résultat est là: le premier s’est vendu à 11 exemplaires en 1 an, alors que les ventes du deuxième ont explosé, à raison de 310 ex en janvier, 250 depuis le début du mois de février, et plus de 80.000 pages lues au total. Je vais retravailler ma stratégie pour mon premier roman, je ne doute pas d’obtenir le même résultat. Mais l’essentiel du travail de promotion je le fait sur mon blog, qui marche très bien, et sur twitter. Avec du travail et beaucoup de persévérance il est possible oui de vivre de ses romans, je n’en doute plus ! Merci pour cet excellent article.

    • Bonjour Kirsteen ! Merci beaucoup de ce témoignage ! En effet c’est encore à explorer : comment faire décoller ses précédents livres sur Amazon par eux-même (c’est-à-dire sans publier un nouveau livre) ?
      Si vous avez un début de réponse, tenez-moi au courant 🙂
      Au plaisir !

      • Ayant publié moi-même mon second roman sur Amazon ( contrairement au premier qui y est disponible mais sur lequel je ne peux intervenir, car publier à travers une autre plateforme), j’ai pu jouer sur son prix, et c’est à mon avis que réside son succès. Pouvoir proposer son roman à un tout petit prix pendant une période donnée permet de le rendre visible. En effet, même si les lecteurs sont de plus en plus nombreux à faire confiance aux auteurs auto-publiés, ils ne débourseront pas plus de 1 euro pour les découvrir. A 0.99 euros, le risque est moindre, même si l’on est déçu par sa lecture, ce n’est pas une grand perte. Mes ventes ont décollé dès que j’ai baissé le prix de mon deuxième roman (chose qui à l’heure actuelle m’est impossible de faire avec le premier). Le choix des catégories lui aussi est important, il faut privilégier des “niches”, ne pas noyer son titre dans une catégorie trop ouverte. Avec une dizaine de ventes par jour, il est facile d’intégrer le top 100. Après tout coule de source, le roman étant visible, les ventes s’enchaînent toutes seules, les lecteurs achetant principalement les titres figurant sur les premières pages. Mais je persiste et signe: la tenue d’un blog, d’un site, et la présence sur twitter sont fondamentales à mon avis. Échanger avec des lecteurs, des auteurs, des chroniqueurs, s’intéresser à leur travail, publier régulièrement, bref, cultiver et entretenir sa communauté est primordial. Donner pour recevoir, c’est la clef !

  • Adrien dit :

    Bonjour Anaïs,
    Merci pour cet article instructif !
    Pour ma part, je suis qu’à l’aube de mon projet d’autoédition. J’étais édité encore l’année dernière, mais aujourd’hui, tout comme vous, je souhaite en vivre.
    Dans votre article, vous parlez du référencement, des catégories… Je ne suis pas trop perdu, car mon activité principale est le web. Mais est-ce que vous vouliez dire qu’il faut « renouveler » son référencement ? Ou l’ajuster, si le premier choix n’était pas le bon ?
    Merci de votre retour !
    Adrien

    • Bonjour Adrien,
      Bienvenu dans l’aventure alors 😀
      Je ne trouve pas le terme “renouveler” dans mon article, mais pour le référencement sur Amazon il s’agit bien d’une amélioration constante en fonction de ce que l’on apprend/découvre et en fonction de l’évolution des algorithmes d’Amazon.
      J’espère avoir répondu à votre question !
      Au plaisir,
      Anaïs

  • >