Amazon KDP Select : résultats et apprentissage

Fév 18

Il y a quelques semaines j'ai décidé de me lancer dans l'aventure d'Amazon KDP Select. J'ai ainsi donné l'exclusivité des ventes de mon roman Au-delà des tours à Amazon en échange de quelques outils de promotion, dont les 5 jours de gratuités.

Est-ce que ça a porté ces fruits ?

C'est toute la question ! Pour vous, je reviens dans cet article sur le flop de mon premier essai, ma recherche de solution et mon grand retour pour la Saint Valentin 2016...

Pour en savoir plus sur le programme KDP Select, les outils qu'ils vous proposent rendez-vous sur le précédent article "Et pourquoi pas Amazon KDP Select ? ).

Premiers jours sur Amazon KDP Select : le flop.

Pour célébrer mon arrivée sur  Amazon KDP Select, j'ai décidé d'offrir mon livre lors de deux jours de gratuité. Le premier problème, c'est que je n'ai fait aucune communication en amont.

J'ai attendu le jour J pour faire un post sur Facebook. Et j'ai aussi envoyé un email aux quelques inscrits sur mon site pour annoncer cette grande nouvelle... 

Bon tout ça manquait clairement de préparation et d’entrain. Mais, en tant que novice, je ne l'ai pas réalisé tout de suite...

Exemplaire

Les résultats ont reflété ces préparatifs loupés. 11 lecteurs (3 le samedi et 8 le dimanche) ont profité de l'offre sur mon Ebook. Je dois avouer que je suis restée perplexe comme je n'y connaissais rien. En tout cas, il était clair que je n'avais pas dû faire les choses correctement.

Une erreur de débutant

J'avais un nouvel outil, j'ai voulu l'utiliser rapidement sans avoir de "stratégie" et en espérant que ça allait se faire tout seul. Dans l'auto-édition, rien ne se fait jamais tout seul.

Amazon propose des jours de gratuités. Il ne contacte pas les lecteurs pour les avertir que votre promotion... C'était donc à moi de répandre plus amplement la nouvelle et d'encourager les lecteurs.

Trois jours seulement après mon article sur Amazon KDP Select, je n'étais pas prête au niveau du timing et j'aurais dû attendre un peu. J'ai retenu la leçon : ne jamais faire les choses dans la précipitation.

Quoi qu'il en soit, j'étais heureuse que 11 nouveaux lecteurs entrent dans l'histoire de Debbie... Mais j'avais mal investi ces 2 précieux jours de gratuité et j'ai rapidement dû me remettre en selle.

Plan B : à la recherche d'informations

Après cet épisode, j'étais un peu perdue sur la marche à suivre pour mettre mon EBook en valeur sur Amazon. J'avais besoin d'un petit guide - ou d'un rappel à l'ordre - pour retrouver mon chemin.

Durant ma recherche de solutions, j'ai visité le site de Jacques Vandroux et j'ai découvert ce livre : Grimpez vers le TOP 100.

"Grimpez vers le TOP 100", de J et J Vandroux

Jacques Vandroux est un auteur francophone indépendant, de nombreuses fois meilleures ventes Amazon. Son succès se doit à sa plume mais aussi à sa femme, Jacques-line Vandroux. Elle lui prête en effet main-forte dans l'auto-édition et la promotion de ses ouvrages. J&J Vandroux sont aujourd'hui la référence en auto-édition Française.

Le titre de ce guide m'a forcément beaucoup plu. C'était ce que je voulais savoir : comment faire monter mon livre vers le TOP sur Amazon ? Je ne voulais pas forcément quelque chose d’immédiat, mais des outils à mettre en œuvre pour que progressivement mon Ebook remonte la pente.

Ce passage sur KDP Select m'a particulièrement fait sourire :
Jacques Vandroux

Un livre pour démarrer

Ce guide sera particulièrement utile à toutes les personnes souhaitant se lancer dans l'auto-édition et n'ayant aucune idée de la marche à suivre. Me concernant, il y avait pas mal de choses que je savais déjà (publier son livre sur Amazon, la question de la couverture, des DRMs...). Mais entre les lignes j'ai pu trouver de précieux renseignements.

Notamment des sites internet comme NovelRank qui permet de suivre l'évolution du rang de son livre. Il y a aussi le fait qu'avoir plusieurs titres publiés aide grandement à multiplier les ventes (en donnant confiance aux lecteurs). Ou encore le petit tutoriel pour le choix des catégories dans lesquelles référencer notre livre sur Amazon.

Ce que je retiens de ce livre

Plus qu'une stratégie pour grimper vers le TOP 100, j'ai surtout appris qu'il était important d'être en symbiose avec les lecteurs. Il faut être là pour eux, leur offrir l'opportunité d'être aux côtés de l'auteur et rester à leur écoute.

Il est par exemple conseillé de mettre une adresse email à la fin des livres. Les lecteurs peuvent ainsi contacter l'auteur. C'est bien plus personnel et engageant que l'adresse d'un site web !

Après cette lecture pleine de bon sens, j'ai remis en question ma façon d'approcher mes lecteurs... Je me suis ainsi rendue compte qu'à mes débuts dans l'auto-édition, j'étais surtout concentrée sur le marketing, contrairement à beaucoup d'auteurs qui développent (ou non) ces stratégies bien plus tard.

Ceci n'était pas dû à mon désintéressement pour mes lecteurs, mais plutôt à mon esprit très scolaire. En effet, je cherche la sécurité dans des actions très ciblées et techniques. Et cela ne fonctionne pas avec les lecteurs !

Deuxième chance : le succès de la Saint-Valentin.

Ce premier flop avec Amazon KDP Select m'aura appris à préparer les choses en amont et à être plus naturelle avec mes lecteurs. C'est donc pour la Saint Valentin que j'ai décidé d'offrir de nouveau mon premier roman comme cadeau.

Cette fois-ci j'ai largement répandu la nouvelle sur plusieurs groupes Facebook trois jours avant, puis de nouveau le jour J. Et j'ai fait attention à personnaliser mon message à chaque fois.

Voici un exemple du post mis sur ma page Facebook le 11 février :

Image Valentin
Un geste d'amour qui, contre toute attendre, aura été réciproque :
Exemplaire

49 personnes ont accepté mon cadeau et ont téléchargé mon livre pour la Saint Valentin ! En retour, ils m'ont offert l'immense bonheur d'avoir réussi à les toucher et de les avoir convaincu de découvrir mon univers.

Je n'ai finalement pas du tout vécu cette Saint Valentin comme un coup marketing, mais comme un réel partage. J'ai adoré répondre aux commentaires, interagir avec les personnes intéressées et j'ai hâte d'avoir leurs retours. 

Conclusion #1 : Amazon KDP Select.

Ce que j'ai appris sur Amazon KDP Select, c'est qu'Amazon ne fait pas la promotion à la place de l'auteur ! Il reste un outil. C'est à l'auteur de l'exploiter à son maximum.

Ensuite, "Au-delà des tours" n'aura peut-être pas fait grimper vers le T0P 100 mais l'auto-édition est un travail de fond. Ces nouveaux lecteurs apprécieront peut-être leur lecture et parleront ensuite de cette histoire autour d'eux...

Conclusion #2 : plus personnelle.

Après plusieurs mois, j'apprends que l'auto-édition n'est pas que de la rigueur. Je peux aussi m'y sentir libre et naturelle. Ce n'est finalement pas si compliqué de discuter avec des gens, de partager sur d'autres sujets. Et cela n'impacte en rien mon travail pour auto-éditer mon livre (gestion des articles, du temps...), bien au contraire !

Si j'ai donc un conseil : soyez-vous même. Partagez avec les autres auteurs comme vous le feriez avec vos amis. Le "marketing" parfois mal vu reste quand même nécessaire à la promotion de votre livre, vous ne pouvez pas y échapper.

Le tout est de le mettre au service des lecteurs avant de le mettre au vôtre 🙂

Follow

À propos d'

Je suis auteur indé depuis 2015 et auteur à temps plein depuis novembre 2016. Chaque jour, je mets en place des stratégies pour vivre de ma passion et je les partage avec vous sur ce blog.

  • Oluf dit :

    Merci Anais pour ce bilan très instructif. Je débute moi même dans l’auto édition et tout ce qui peut permettre de se lancer au mieux est utile

    • Anaïs W. dit :

      Bonjour Oluf ! Avec plaisir. Je te souhaite du courage et de réussir dans l’auto-édition ! Si tu veux être informé des articles sur l’auto-édition, je t’invite à t’inscrire à la newsletter “Autour de l’auto-édition” que tu trouveras facilement dans la page d’accueil. N’hésite pas à me dire s’il y a des sujets que tu aimerais que j’aborde et qui pourraient t’aider 🙂

  • Line Marlin dit :

    Bonjour Anaïs,
    Est-ce que tu recommandes KDP select finalement ? À la fin des 90 jours tu as remis ton livre sur les autres plateformes ou tu es restée en exclusivité Amazon ?
    Je vends quelques livres sur Kobo, du coup j’ai un peu de réticences à franchir le pas. 90 jours, c’est long.
    J’ai vu que tu avais tenté le concours des plumes francophones l’an dernier. Tu participes également cette année ?
    Merci !

    • Anaïs W. dit :

      Bonjour Line,
      Pour être honnête, je suis toujours un peu perdue sur le sujet. Je pense que KDP Select et son utilité dépendent de la stratégie que l’on met derrière, et aussi des ventes que l’on a ! Je pense que si tu fais des ventes sur Kobo, tu ne devrais pas enlever ton livre de cette plateforme et essayer de monter dans les classements de Kobo. Après si tu as un livre particulièrement que tu ne vends pas sur Kobo, peut-être tu peux en mettre un seul pour tester sur Amazon KDP Select.

      Ce que je pense dans le fond, c’est que KDP Select, c’est beaucoup de rêve. Ca n’aide pas à monter plus vite dans les classements, car les jours de gratuité ne sont pas comptés comme des ventes… et tous les outils vraiment intéressants (promotion countdown) ne sont que pour les plateformes anglophones. Pour un livre en français, ca ne sert donc à rien.

      Ensuite, pour le concours les plumes francophones, je n’y participe pas cette année, je n’ai pas de texte à proposer 🙂 SI tu veux y participer, prévois un bon lancement pour ton livre surtout, c’est comme ça que tu te démarqueras.

      J’espère avoir répondu à ta question, j’ai fait de mon mieux ^^
      Bonne continuation,
      Anaïs

  • Jean philippe dit :

    Bonsoir Anais,

    Je débute dans l’écriture, m^me si je suis dans la non-fiction, les sujets que tu traites vont très certainement m’apporter beaucoup.
    J’aime surtout le fait que tu publies tes chiffres, que tu reconnaisses que tu t’es plantée dans telle chose….
    C’est ce que j’ai vu en survolant tes articles, maintenant je me mets à la lire.
    Pour cet article, KDP est intéressant à cause de l’abonnement Kindle. J’en ai un et le fait de “louer” un livre est un avantage en temps que lecteur. Si le livre est nul, tu as l’impression que tu n’as rien payé, tu profites de ton abonnement. Donc pour un lecteur, les livres dispo dans cet abonnement incitent à la lecture. Pour l’auteur c’est un plus aussi je pense, le lecteur aurait-il acheté le livre ? Là l’auteur est rémunéré à la page lue. Je suis pour KDP, au moins pour faire l’essai, après étendre au bout des 3 mois à d’autres plateformes si le résultat escompté n’est pas au rendez-vous.

    • Anaïs W. dit :

      Bonjour Jean-Philippe ! Je suis heureuse que tu trouves des informations intéressantes sur ce blog en tant qu’auteur de non-fiction. Et en effet, je m’efforce à la plus grande transparence car c’est ce qui m’a manqué à mes débuts : voir comment s’en sortait les autres auteurs, leur chiffre… la réalité quoi 🙂

      Pour ce qui est de KDP select, j’avoue que mon avis est toujours mitigé à ce sujet. L’article mériterait tout de même d’être mis à jour après la sortie de L’espoir au corps. Mon plus gros souci, c’est l’exclusivité. Les lecteurs Kobo sont de plus en plus nombreux et tous ne savent pas comment convertir un livre Amazon pour leur liseuse.

      Sinon, je suis d’accord avec toi. Le système d’emprunt avec KDP select est très intéressant… quand le livre a une bonne visibilité ! Sinon, c’est comme pour les ventes, on peut attendre longtemps pour voir une page lue ! Pour L’espoir au corps qui marche très bien sur Amazon, mon nombre de pages lues est énorme et m’apporte un lectorat non négligeable…

      Ensuite, je ne fais personnellement pas beaucoup de promo gratuite avec KDP select et les autres outils promotionnels ne sont pas disponibles en France.. Donc à part les pages lues et la possibilité d’être en offre éclaire (un jour…) KDP select offre des avantages assez restreints.

      Donc finalement, avec le recul et un petit succès sur Amazon, voici la conclusion : KDP Select c’est bien pour les pages lues mais clairement ne fera pas le boulot promotionnel à ta place. Si tu n’es pas là pour faire un lancement à fond de ton livre, pour qu’il soit dans les meilleurs classements, bien référencer pour ces mots-clés… alors tu peux attendre longtemps les ventes, les pages lues et l’offre éclaire !

  • Chloé dit :

    Merci encore pour cet article !
    Sur le forum d’Amazon, j’ai vu des auteurs débattre autour du prix du livre : certains disent qu’à force de changer le prix (un coup gratuit, un coup en promo, un coup prix entier), ça dégoûte un peu les lecteurs qui ont l’impression de payer un prix arbitraire selon le jour où ils décident d’acheter.
    On m’avait aussi dit, dans le domaine du spectacle mais peut-être cela s’applique au livre : il faut penser aux prix psychologique, autrement dit, un prix bas laisse penser que l’oeuvre n’est pas de grande qualité.
    As-tu un avis là-dessus ? C’est une vraie question que je me pose pour le lancement de mon premier roman sur KDP.

    • Anaïs W. dit :

      Bonjour Chloé !
      Je suis très heureuse que mes articles t’aident 🙂
      Pour ce qui est du prix du livre, je suis tout à fait d’accord : trop de promotions, de baisses de prix découragent les lecteurs, c’est pour ça que je n’en fais que rarement pour des occasions très spéciales).

      Et pour ce qui est du prix psychologique, c’est en effet bien connu, dans n’importe quel domaine. Pourtant, je ne sais pas comment utiliser cet argument pour la vente des romans et plus particulièrement indépendants. Je n’irais personnellement pas payer un livre numérique à plus de 5€, sinon autant acheter un livre poche. Pour le livre papier, cela dépend bien entendu de sa longueur, de s’il est illustré et de l’auteur…

      Enfin, voilà mon avis 🙂

  • Bonjour, Je viens de publier un premier ouvrage sur Kdp, qui traite de l’interprétation des rêves, mon sujet puisque j’anime le site https://www.signification-reves.fr et que je suis psychothérapeute. Mais les ventes sont faibles. Aussi, j’observe que le meilleur moyen pour les augmenter est de rendre gratuit son ouvrage. Mais cette gratuité entraine-t-elle des ventes ultérieures ? Sur votre graphique, ce n’est pas ce que j’observe. Faut-il donc seulement être lu gratuitement ? Dans ce cas, pourquoi passer par Kdp, et ne pas publier directement son ouvrage sur son site personnel ? Merci pour vos réflexions.

    • Anaïs W. dit :

      Bonjour Olivier,

      Si c’est votre premier livre, c’est “normal” que les ventes soient faibles car vous devez créer votre lectorat à partir de zéro.

      Concernant la gratuité, comme je l’explique dans l’article, elle ne fait pas tout et ce n’est pas le seul moyen de faire des ventes sur Amazon : le seul moyen de faire des ventes sur Amazon est d’améliorer le référencement de votre livre (description, mot clé, catégories) et de faire une promotion active via les réseaux sociaux, un blog…

      Les ventes gratuites peuvent en théorie entraîner des ventes ultérieures. En effet, grâce aux ventes gratuites, votre livre grimpe dans les catégories que vous lui avez attribué. Mais là encore, il se maintiendra en haut des catégories sous réservent d’un bon référencement et de ventes régulières.

      La gratuité est donc bien mais il faut savoir exploiter à fond les ventes qu’elle génère, y compris en demandant aux lecteurs de laisser un commentaire, de découvrir un autre ouvrage…

      Ensuite, pourquoi être sur KDP si c’est pour être lu gratuitement ? Car les lecteurs ont plus de chance de chercher un livre sur Amazon que sur votre site. A moins que votre site soit très bien référencer sur google pour les mots clés appartenant à votre livre, mais c’est là aussi beaucoup de travail.

      J’espère avoir répondu à vos questions. Dans tous les cas, pour être lu sur Amazon, il faut beaucoup se former à la compréhension des algorithmes (comment Amazon classe les livres) et s’armer de patience.

  • >