Auto-édition : retour sur un an et demi de travail passionné

Jan 14

Nous sommes en janvier 2017 et cela fait maintenant un an et demi que je me suis lancée dans l'auto-édition. J'ai vécu d'incroyables moments ces derniers mois, relevé des challenges, connu des coups durs et des succès.

J'ai appris tellement de choses grâce à l'auto-édition ! C'est ce que l'on dit, l'auteur indépendant à mille casquettes : écrivain, éditeur, blogueur, marketer, designer... et j'en passe ! Alors, j'ai eu envie de partager avec vous tout ce que ces derniers mois m'ont apporté dans chacun de ces domaines.

J'espère ainsi pouvoir aider ceux qui ont envie de se lancer dans cette aventure merveilleuse et qui ne savent pas par où commencer ; ou qui ont besoin de savoir ce qui les attend. Peut-être cet article intéressera aussi les auteurs qui sont déjà sur le chemin et cherchent un témoignage dans lequel se reconnaître, des idées pour aller plus loin.


En réfléchissant à tout ce que j'avais envie de vous dire, j'ai pensé que ça allait être énorme ! Aujourd'hui, je vous propose donc un récapitulatif, puis je développerai certaines parties dans des articles séparés à l'avenir.

Si vous voulez être sûr de ne pas louper la publication des futurs articles, je vous invite à vous inscrire à la Newsletter "Autour de l'auto-édition" en remplissant ce formulaire :


1. Auteur indépendante et salariée : se lancer et choisir son statut

En juin 2015, j'ai choisi de devenir auteur indépendante, encouragée et motivée par les premiers relecteurs d'"Au-delà des tours". L'histoire leur plaisait, leurs avis étaient très positifs, je n'avais donc aucune raison de ne pas me lancer !

J'ai créé ce blog en juillet 2015, le temps de finaliser la préparation de mon roman. Après plusieurs semaines de galères techniques et administratives (j'y reviendrais), c'est en octobre 2015 qu'est finalement paru "Au-delà des tours". J'étais terrifiée par tout le travail à venir, mais j'étais très heureuse !

Boulot et auto-édition

Pendant ce temps, j'étais aussi salariée. Je commençais une thèse en biologie qui se passait très mal. J'avais besoin de faire quelque chose qui me plaisait et de retrouver une raison de me lever le matin. C'est ainsi que l'idée de l'auto-édition m'est venue !

J'ai donc appris à trouver le temps pour développer cette nouvelle activité en parallèle à mon travail, pour me former, écrire mes livres et des articles pour ce blog. Ça a parfois été très compliqué, mais j'y suis parvenue ! Je pense que s'organiser et le vouloir vraiment est le plus important !

time

Quand je me suis lancée en tant qu'auteur indépendante, j'ai choisi le statut d'auto-entrepreneur. Pourquoi ? C'est un statut qui me semblait le plus simple et le moins obscure comparé aux autres statut possibles.

De plus, je savais qu'à terme, je ne resterais pas salariée : je pensais déjà démissionner de ma thèse pour devenir entrepreneur. Ma micro-entreprise allait donc devenir mon activité principale. Ceci s'est concrétisé en novembre 2016 : je suis aujourd'hui auteur-entrepreneur à temps plein 🙂

***

J'aimerais aller plus loin sur cette thématique, mais un article entier pourrait être rédigé sur le sujet ! Voici donc ce que je compte développer pour vous plus tard :

Comment gérer son activité d'auteur et de salariée au mieux ? Je vous parlerais aussi de quelle activité j'ai choisir en tant qu'auto-entrepreneur (libérale, commerciale...) Je vous donnerai de plus amples informations sur les démarches. J'aborderais les autres options au statut d'auto-entrepreneur. Et aussi, quelques anecdotes sur mes faux-pas et ce que je pense de ce statut avec le recul.

2. L'Écrivain : le travail d'écriture s'améliore toujours

Je ne le cache pas, j'ai mis 10 ans à écrire "Au-delà des tours" car je ne pensais pas publier cette histoire un jour. J'ai donc pris tout mon temps.

En 2016, je me suis lancée dans la réécriture de "Débolis Héyavé", une nouvelle écrite quand j'avais 15 ans. Je m'étais mis un challenge : écrire un chapitre par semaine et terminer mon manuscrit en moins de deux mois.

Pourquoi ? Pas seulement parce que j'étais pressée, non : parce que je voulais apprendre à être plus organisée et plus concise. Je ne voulais pas - comme pour "Au-delà des tours" - me perdre dans des tonnes de paragraphes désordonnés et me ruiner émotionnellement (car je m'implique trop).

ecriture

J'y suis parvenue !

J'ai senti une grosse différence lors de l'écriture et aussi de la relecture : cela m'a permis d'économiser beaucoup de temps et d'énergie. Encore mieux, les lecteurs qui avaient lu "Au-delà des tours" ont remarqué cette évolution dans le style, plus mature et évolué. C'est pourquoi, j'ai mis un point d'honneur à enrichir encore mes méthodes d'écritures lors de la rédaction de mon 3e roman 🙂

Fin 2016, j'ai en effet décidé de corser les choses et d'écrire mon 3ème roman en 4 mois. Le projet était plus ambitieux car cette fois-ci je commençais à partir de zéro. Je n'avais qu'un vague plan de mon histoire et quelques brouillons. Pourquoi ? Je voulais voir de quoi j'étais capable et exploiter cette pression pour améliorer mon style et la qualité de mes écrits en me poussant à aller à l'essentiel.

Cette expérience a été très enrichissante ! J'ai terminé mon manuscrit dans les délais. J'ai mis en place une véritable stratégie qui m'a aussi permis de me concentrer sur sa qualité, plutôt que de jeter tous azimuts le fruit de mon inspiration.

***

Un autre point essentiel : ce n'est peut-être pas la même chose d'écrire un roman et un article, mais l'exercice est assez similaire. C'est en partie grâce à la rédaction d'articles pour ce blog que j'ai pu soulever les différents problèmes d'efficacités et trouver des solutions... Ce sont ces solutions que j'ai ensuite appliquées pour organiser l'écriture de mon 3e roman, et dont je vous parlerais prochainement !

3. Le Blogueur : des formations et des outils indispensables

Autant l'écriture est une passion et donc une activité qui me semble assez naturelle... Autant, créer un blog de toute part et le faire vivre ne l'était pas du tout en juin 2015, lorsque j'ai décidé de m'auto-éditer !

J'ai donc suivi des formations sur comment monter un blog, le rendre attractif et ce qu'il était important d'y faire paraître. Cette partie plus "technique" du métier d'auteur indépendant a été très éprouvante : j'ai travaillé sur ma patience, très limitée en matière d'informatique. J'ai même réussi à ne pas jeter mon ordinateur par terre au moindre bug ^^

Un blog n'est pas une simple plateforme, c'est aussi une introspection

La création de ce blog m'a encouragé à réfléchir à ce que je voulais transmettre : j'aurais pu faire comme certains auteurs, avoir mon livre sur Amazon avec une plateforme sur Iggybook (qui n'existait que depuis 2 mois quand je me suis lancée) ou avoir juste une page Facebook. Mais je voulais avoir un blog, une identité et pouvoir partager cette aventure avec vous. Une étape difficile a donc été de définir quelle identité et comment la partager. Cela nécessite d'avoir une vision globale de son site et de ne pas foncer tête baissée...

casse tete

Finalement, après un an et demi, j'ai enfin réussi à trouver un rythme sur ce blog, mon style pour les articles. Je sais maintenant ce que je veux y faire paraître, apporter à mes lecteurs et aux auteurs. Ça n'a pas toujours été facile !

***

Vous trouverez ici les outils que j'utilise au quotidien pour ce blog

4. L'Éditeur : préparation du livre - ou le casse-tête du formatage et des mentions légales

Une fois le livre écrit, vient le moment de le préparer pour sa future publication. Il y a un million de choses à savoir, à découvrir, à apprendre... et certaines à ne surtout pas oublier !

Tout d'abord, il y a toutes les étapes de relecture, correction des fautes d'orthographe et de la typographie pour ne pas écorcher les yeux des lecteurs. Il y a aussi le formatage qui est différent selon si le livre sera papier ou sous format numérique.

ecriture

Je vous avouerais que j'étais loin d'être nulle avec Word mais que j'ai parfois perdu mon sang-froid avec toutes ces histoires de marges, de sauts de page et j'en passe ! Une autre possibilité aurait été de recruter un professionnel pour une centaine d'euros, mais... c'est une question de budget !

Pendant que de très gentils béta-lecteurs révisaient mon manuscrit, j'ai pris le temps de me renseigner sur les mentions légales, le copyright et de choisir mes prix (qui dépend de nombreux critères !).

Lorsque le livre est fin prêt, testé et approuvé par les premiers lecteurs, il faut ensuite choisir les plateformes où le publier, à l'impression et aussi, à la fameuse Bibliothèque de France qui veut son propre exemplaire...

***

Choisir ses méthodes parmi tant d'autres

Le plus dur c'est de trouver les informations dans la masse d'internet : comment faire le formatage, quelle imprimerie, quelle plateforme d'édition, comment protéger son manuscrit... ? Il y a un moment, il faut juste prendre des décisions. On ne peut pas chercher indéfiniment et tout essayer. Je ne suis donc qu'un exemple d'auteur indépendant : j'ai choisi un certain chemin pour éditer mes livres, alors qu'il en existe de millier.

J'aimerais tout de même vous proposer un article sur les différentes étapes que je suis lors de l'édition de mes livres. Cet pourrait servir de "check-list" aux auteurs qui ne savent pas par où commencer 🙂 J'y proposerais des lectures et des outils pour vous aider ainsi que des tutoriels.

Article à venir

5. Le Marketer : l'art de se promouvoir en restant soi-même

Brrrr ! Ne partez pas en courant à la lecture de ce mot "marketing" ! Non, ce n'est pas le mal, et oui, il est possible de faire du marketing dans le monde littéraire sans passer pour un démon ! Le marketing ne signifie pas manipuler les gens pour leur vendre quelque chose qu'ils ne veulent pas. Il s'agit de communiquer sur son livre et de convaincre les lecteurs qu'il peut les intéresser et éventuellement les aider.

Cela m'a pris énormément de temps à accepter que le marketing fasse partie des moyens pour me faire connaître. J'ai fait des formations de marketing non spécifique à la littérature et cela a été très difficile d'appliquer ce que j'apprenais à la vente de mes livres. J'avais l'impression ​d'être trop agressive ou de ne pas être moi-même.

Être naturel : le maître mot

Pourtant, avec le temps et l'apprentissage, j'ai fini par trouver ma façon de toucher mes lecteurs en étant naturelle. J'ai pris conscience que ce que je voulais avant tout c'était partager, via mes livres et via ce blog et c'est sur quoi je devais me concentrer. Le marketing est toujours présent, mais en bruit de fond.

publicite

Exemple de publicité pour noël 2016 adressée aux adolescents

En tant qu'auteur indépendant, il existe aussi un million de possibilités pour faire connaître son livre, dont la publicité entre-autre, à laquelle je me suis essayée. Les réseaux sociaux sont indispensables mais ça ne suffit pas de rester cacher derrière son ordinateur ! Ainsi, j'aimerais participer d'avantage à des salons ou à des séances de dédicace dans l'année à venir.

***

Je vous prévois un article complet sur l'ensemble des stratégies que j'ai essayé et que j'utilise en marketing, les outils qui me permettent de toucher plus de lecteurs aux quotidiens... Certaines idées ont été très mauvaises, d'autres très bonnes. Je serais heureuse si mon expérience peut épargner quelques faux pas à d'autres auteurs !

6. L'Humain : à toute aventure, il y a un développement personnel

Vous l'avez compris, devenir auteur indépendante m'a demandé de faire un gros travail sur moi-même :

​Gérer mon stress et mon temps en parallèle à mon boulot, surmonter mes phobies informatiques pour créer ce blog, prendre mon courage à deux mains pour parler de moi et promouvoir mes livres, réfléchir à ce que je souhaitais transmettre aux lecteurs, dans mes livres, dans mon blog, sur les réseaux sociaux...

Je ne regrette aucun moment, même les plus difficiles. En effet, cette aventure de l'auto-édition va plus loin pour moi. Comme je vous le disais, c'est devenu mon activité principale après presque un an. En novembre 2016, j'ai quitté le salariat et je suis aujourd'hui auteur-entrepreur.

Derrière tout ce travail, une vie se construit

Ce changement de vie, commencé avec l'auto-édition, a eu un impact incroyable sur mon développement personnel. Je ne parle pas trop de ça sur ce blog, car ça n'a pas toujours de lien avec la littérature. Mais si vous voulez en savoir plus sur mes projets parallèles à l'auto-édition, à comment j'en suis venue à quitter le salariat, je vous invite à découvrir le second blog que j'ai créé avec mon ami : ByeBye Salariat !

Je ne chôme pas ! Je vis une aventure incroyable qui me permet de me consacrer à ma passion qu'est l'écriture à 80%. Les 20% restants sont dédiés au développement de mon autre site internet et d'autres projets dont je parle sur ByeBye Salariat ! 😉

Je ne pense pas dédier un article sur mon développement personnel en tant qu'auteur, car il est aussi étroitement lié au fait que j'ai quitté le salariat. J'ai déjà rédigé plusieurs articles sur ce sujet dans ByeBye Salariat ! et si cela vous intéresse je vous invite à rejoindre la catégorie "les moyens de réussir" directement sur le site 🙂

7. Mes Premiers Résultats

Que serait un an et demi d'auto-édition sans quelques résultats ! Des lecteurs, des commentaires, des chroniques, des rencontres, de la joie ! Que demander de plus !

Avec deux romans publiés et un troisième à venir courant 2017, je ne suis hélas pas encore une auteur célèbre ! Mais vous savez quoi ? Je pense que le plus important, c'est que je suis une auteure épanouie et confiante.

Un an et demi, c'est très peu et je ne suis pas surprise que mes ventes n'aient pas encore décollé et de ne pas encore avoir été dans le top 100 Amazon ! Il me reste tellement de choses à apprendre, à découvrir, à essayer ! Surtout maintenant que je peux m'y consacrer à 100%, je peux laisser libre cours à mon ambition et à mes volontés les plus folles !

Des résultats en chiffres

​Pour faire preuve de transparence, j'aimerais partager avec vous quelques chiffres, depuis octobre 2015 :

Au-delà des tours

Débolis Héyavé

Ventes livres papiers

70

16

Ventes ebook

22

18

Livres lus gratuitement

21 brochés + 59 ebooks

0

Commentaires

20

14

Chroniques

8

5

Comme vous pouvez le voir, les chiffres ne sont pas extraordinaires ! Les livres lus gratuitement ont été donnés à des blogueurs ou offerts à des personnes m'ayant aidé (relecteur, réalisateur de la couverture, organisateur du Salon du livre...). Les livres ebooks ont été "achetés" lors des jours de gratuité sur Amazon. Malheureusement, toutes ces personnes n'ont pas laissé de commentaires, même si je suis assez contente des 12 et 20 commentaires sur Amazon qui sont plutôt rassurants pour les prochains lecteurs.

Épilogue

Même si mes ventes ne sont pas folles, ce qui m'encourage c'est :

  • D'abord, tous les commentaires jusqu'à présent sont positifs, je n'ai donc aucune raison de m'arrêter là, mes livres plaisent !
  • Ensuite, je n'ai pas encore tout essayé, loin de là ! J'ai semé beaucoup de graines et certaines commencent à germer. Mes romans ont par exemple été sélectionnés par plusieurs blogueurs pour le challenge ABC des auteurs indépendants 2017.
  • Enfin, je suis une scientifique et mon chiffre d'affaires trimestriel me permet de voir la (petite) tendance :

Chiffre d'affaires

3e trimestre 2015

670 €

1er trimestre 2016

56 €

2e trismestre 2016

125 €

3e trimestre 2016

123 €

4e trimestre 2016

152 €

Après la folie des premiers mois avec la sortie d'"Au-delà des tours", les choses se sont tassées. Mon chiffre d'affaires est au moins stable. J'espère que les chiffres seront en augmentation courant 2017 ! Et puis vous savez quoi ? À ce niveau là, je ne peux que faire mieux ! ^^

Aparté 

Je ne voudrais pas que ces chiffres découragent d'éventuels auteurs en herbe qui pensent se lancer. Quand on est auteur indépendant ou édité par une maison d'édition, ce n'est pas facile de gagner sa vie de sa passion. Cela demande du travail que nous sommes prêts à fournir à plus ou moins long terme, mais surtout cela doit rester un plaisir, un partage ! Me concernant, je ne suis pas près de laisser tomber !

Follow

À propos d'

Je suis auteur indé depuis 2015 et auteur à temps plein depuis novembre 2016. Chaque jour, je mets en place des stratégies pour vivre de ma passion et je les partage avec vous sur ce blog.

  • Cyril dit :

    Merci Anaïs pour la franchise de cet article, et notamment pour avoir dévoilé tes chiffres de ventes et le nombre d’exemplaires associés. S’il y a un élément sur lequel je peux t’aider, c’est sans doute la partie technique, et particulièrement la version numérique. Je ne comprends pas de mon côté pourquoi la plupart des gens passent des heures à faire un travail éreintant pour obtenir un résultat en dessous de leurs attentes, notamment en exploitant Calibre etc. Oui, c’est gratuit, non, ce n’est pas bien. L’achat de Scrivener ou l’essai de Vellum (Mac seul) permettent de se rendre compte qu’on peut gagner en temps et en efficacité sur cette partie, qui n’est pas du tout centrale à l’activité de l’auteur indépendant.
    Surtout, continuer à créer : on est dans un business créatif, et la quantité de nouveaux produits (qui en plus ont une durée de vie presque infinie) est ce qui permet de créer du capital. Ensuite, automatiser la transformation de ce capital créé en valeur vendable.
    Bon courage pour la suite. Et n’hésite pas à me contacter la prochaine fois que tu fais une opération de promotion de tes livres pour que je puisse le relayer sur ebookgang.

    • Anaïs W. dit :

      Bonjour Cyril ! Wouah merci beaucoup pour ce commentaire et ton retour !
      En effet, les débuts ont été difficiles pour la partie technique ! Je l’expliquerais dans un article, ce que je fais c’est utiliser Atlantis pour enregistrer en /epub puis je passe par Calibre pour le format .mobi. Le souci c’est qu’il faut un ISBN par format, donc plusieurs documents sources… bref, un peu compliqué mais une fois le protocole en place, ça a été.
      Pourquoi faire tout ce travail soi-même ? Au départ, on ne sait pas encore où l’on va mettre les pieds, s’il faut investir ou non en recrutant quelqu’un ! Investir ne m’inquiète pas, c’est juste qu’entre la couverture, le site… il y a un moment il faut choisir où mettre l’argent. À présent que j’ai du recul et que j’ai fait des erreurs je suis prête à investir davantage et mieux 😉
      Concernant l’investissement, depuis le début du mois, je pense justement essayer Scrivener 🙂 Je ne sais pas encore ce que ça va donner et j’espère simplifier la gestion des ISBN 🙂
      En tout cas, nous sommes d’accord, continuer à créer ! Je mise sur la sortie de mon prochain livre courant 2017 pour avoir de meilleurs chiffres l’année prochaine ^^ Je compte sur l’expérience et l’apprentissage pour faire la différence !
      Je n’hésiterais pas à te contacter, merci beaucoup de ton soutien !
      Peut-être veux-tu t’inscrire à la newsletter sur l’auto-édition pour être tenu informé des prochains articles ? Je peux ajouter ton adresse email avec plaisir à ma liste de lect’amis 🙂
      A bientôt
      Anaïs

  • Hervé-Léonard dit :

    Bonjour,
    Connaissez-vous le site de littérature libre “Atramenta” ?

    • Anaïs W. dit :

      Bonjour Hervé-Léonard. Oui, pourquoi ? J’ai personnellement décidé de ne pas m’attarder sur Atramenta et sur les forums en général. C’est vrai que je n’en parle pas dans cet article. Vous participez sur Atramenta ?

  • Loïc dit :

    On attend ces fameux “articles à venir” avec grande impatience ! 🙂 Surtout celui concernant l’auto-entreprenariat.

    • Anaïs W. dit :

      😀 Si tu veux le noter, il est prévu pour le 11 Février ! Mais tu seras tenu informé via la Newsletter à laquelle tu t’es abonné 😉

  • Amélie B. dit :

    J’admire ta décision de quitter le rythme “métro-boulot-dodo” pour te lancer à 80% dans ta passion !
    Le rêve !
    C’est très sympa de partager tes aventures. En tant qu’indépendante aussi, ça m’intéresse beaucoup 😉

    • Anaïs W. dit :

      Merci beaucoup Amélie ! C’est beaucoup de préparatifs avant de se lancer en indépendant à 100% et je pense que tout le monde peut le faire 🙂

  • Jean philippe dit :

    Merci Anais pour toute cette transparence, cette sincérité que tu partages.

    Il est vrai qu’il faut tenir compte de toutes les casquettes qu’il faut porter. Ecrire, faire la couverture, la promo,…

    Pas évident lorsqu’on fait çà en dehors du boulot. La famille, les autres loisirs, la procrastination tout simplement.
    Surtout quand les 1 er résultats ne sont pas concluants. J’ai écrit plusieurs ebook sous forme de quizz sur un artiste vace un site, une page FB. De la pub FB mais avec un résultat décevant.
    Je m’ys suis aussi pris peut-être comme un pied (quoique un pied c’est bien utile). Il est vrai que mes couv’ sont sans doute à revoir. Mais avec le nom de l’artiste je m’attendais à un meilleur résultat.
    Dans ton point 2, tu parle de “véritable stratégie”, peux-tu détailler. On voit déjà que tu as plusieurs blogs, twitter, FB, …Mais comment utilises-tu tout cela ?
    Dans le point 3 tu parles de formations, peux tu les citer ?
    Idem pour le point 5.
    Bravo et merci pour tout ses articles qui ne promettent de vendre un best-seller les doigts de pieds (tient revoilà le pied) en éventail.

    • Anaïs W. dit :

      Bonjour Jean-Philippe.
      Je vous réponds rapidement :
      – Pour le point 2, la véritable stratégie est ma méthode d’écriture. Elle dépend de chaque auteur et pour en savoir plus là sur ma façon de faire, je vous invite à lire cet article que vous avez peut etre déjà lu : https://leslivresdanaisw.fr/ameliorer-ma-methode-decriture/

      – Et pour les réseaux sociaux… comment les utiliser ? Eh bien je ne sais pas comment répondre à cette question. Je les utilise pour rencontrer mes lecteurs en partageant du contenu sur mon univers d’écrivain et celui de mes romans.

      – Pour le point 3 et 5: pour les formations, il y a “Bloguer Gagner” qui explique comment monter un site internet WordPress, Olivier Roland, Le Marketteur Français… enfin, il y en a beaucoup !

  • […] Anais W. avait fait l’année dernière un bilan, c’est par ici. Pour deux livres, ses ventes étaient moins importantes que les miennes. Elle a su cependant pour […]

  • >