Ce que je retiens de mon premier Salon du livre !

Fév 08

Comment s'est passé mon premier Salon du livre à Mennecy, le 4 et 5 février 2017 ? Tous mes amis m’ont posé la question ! Il me tarde maintenant de vous donner une réponse !

Le but n’est pas de vous raconter ma vie, vous vous en doutez ! Ici, je partage avec vous ce que j’ai appris et retenu de cette expérience incroyable, je vous confie les coulisses de ma vie d’auteur… Au sommaire :

  • Premier jour : apprentissage et adaptation
  • Deuxième jour : changement de place et des lecteurs formidables !
  • Ce que je retiens de mon premier Salon du livre : les flops et les tops

Premier jour : apprentissage et adaptation

Je dois vous faire une confidence : les nuits précédent le Salon, j’avais un peu de mal à trouver le sommeil… J’imaginais encore et encore mes futures rencontres avec les lecteurs, ce que j’allais dire, dédicacer… Chaque fois tout se passait bien et finalement, ça me rassurait un peu…

La veille du Salon du livre, j’ai rêvé que je faisais tout ce qu’il ne fallait pas : je restais enfermée dans les toilettes et quand je revenais à mon stand ma voisine vendait mes livres à ma place… Elle était trop gentille… et ben non, à la fin elle me demandait un pourcentage ! J’étais un peu déstabilisée après ça… mais ce n’était qu’un rêve 😉

Kakémono
Au-delà des tours

Installation du stand réussie !

Arrivée 9h pétante au Salon du livre, j’avais 1h pour me préparer et rencontrer mes voisins. Parmi eux, Jean-Louis Riguet et une auteur de romans érotiques (j’ai oublié son nom, nous n’avions pas beaucoup d’affinités).

Un peu plus loin, j'ai aussi sympathisé avec Célina Rose. C'est une jeune auteur de 17 ans, qui assume son style littéraire, des romances où se mêlent des sujets plus sombres d'actualité. Blogueuse-chroniqueuse et auteur, elle sillonne la route avec ses parents pour rencontrer ses lecteurs dans différents Salons du livre... tout en gérant sa scolarité. Son dévouement pour la lecture et l'écriture m'a bluffé !

Bref, l’installation de mon stand s'est passée sans encombre. Je suis vraiment contente du résultat et ne regrette pas tous les efforts mis dans chaque détail !

Mon coup de pouce 

Vous participez bientôt à un Salon du livre ? Je partage avec vous ma check-list des choses à prévoir et à amener avec vous le jour J ! 

Pour y avoir accès - ainsi qu'à toutes les fiches dédiées à l'auto-édition - cliquez ci-dessous :

Elle est prêt à imprimer, vous n'avez plus qu'à vous en servir !

Mon premier contact avec les lecteurs

10h, ouverture du Salon. Oh ! Voilà une femme avec deux jeunes filles. Toc, je lui propose un extrait et là… elles m’ignorent toutes les trois ! Elles passent comme au ralenti en fixant la table, elles sont proches donc elles m’entendent… et elles continuent comme si de rien était. Je me dis que la journée va être longue si tous les visiteurs sont tous comme ça et j’essaie de ne pas trop paniquer !

La voix du lecteur d’abord

Finalement, proposer un extrait ça marche ! Certains disent "non" d’emblée, mais ils sont assez rares. Et pour ceux qui disent "oui", j’ai vite développé une méthode au fur et à mesure de mes tentatives plus ou moins réussies. D’abord offrir l’extrait et dès qu’ils ont le papier entre les mains, je leur pose ma question favorite : "quel style de livres lisez-vous d'habitude ?"

À partir de leur réponse, je sais si je dois économiser ma salive ! Les lecteurs qui ne lisent que de la Fantasy, je n’ai pas perdu de temps à les convaincre. Ceux qui m’ont dit lire de tout ou même aimer des polars, j'ai tout de suite poursuivi la conversation ! Cela signifie qu'ils aiment peut-être les livres « ancrés » dans le réel et que mes histoires peuvent leur plaire 🙂

Très vite j’aime cette démarche : avant de parler de mes livres, j’essaie d’en apprendre le plus sur eux. D’une part, ça m’intéresse ! Leurs histoires sont une source d’inspiration, et je ne suis pas un robot, j’aime discuter ! Ensuite, je peux vraiment les conseiller. L’un ou l’autre de mes livres pourrait leur correspondre davantage. Et les lecteurs ressentent et apprécient cet effort d’adaptation.

Puis la voix de l’auteur

Une fois que je pense que mon style peut les intéresser, je leur présente mes livres. J’utilise beaucoup de mots tirés des commentaires des lecteurs et je ne manque pas de le préciser : « je n’invente rien, ce sont mes lecteurs qui le disent ! ». Après, c’est plus facile de dire « ça se lit bien », « c’est bouleversant » ou que des lecteurs de tout âge se sont reconnus dans mes personnages.

Commentaires
Commentaires
Je leur laisse un moment

Je les invite à feuilleter le livre, lire la 4e de couverture, les commentaires… Après quelques minutes, je leur demande ce qu’ils en pensent. À ce stade, certains vont me dire que ça ne les intéresse pas du tout, je les laisse donc filer. C’est frustrant et je me culpabilise un peu de leur avoir tenu la jambe trop longtemps !

D’autres vont me proposer de repasser : question de budget ou ils préfèrent prendre du recul. Je les laisse aussi partir mais avec un marque-page ! Je leur dis que si je n'ai pas l'occasion de les revoir, ils peuvent toujours commander un exemplaire dédicacé sur mon site. À leur façon de s’éclipser, je sens tout de suite s’ils vont vraiment revenir ou non. Quelques lecteurs ont eu de véritables coups de cœur, je l'ai senti… et je ne m’étais pas trompée 🙂

Le top, c’est quand ils sont conquis tout de suite ! Parfois, je m’apprête à poursuivre la conversation quand ils me disent « je prends celui-ci » et souvent, ma surprise n’est pas feinte !

Suis-je un robot ou un humain ?

Tout ça a l’air très automatique. Ça ne l’est pas du tout. Je ne pensais pas que ça fonctionnerait de cette manière mais finalement, j’ai "une méthode". Après tout, il faut bien une façon d’approcher les gens : certains auteurs vont user d'humour ou faire du rentre-dedans. Ma méthode n'est pourtant pas rigide. Je m'adapte toujours en fonction de la personne face à moi et de mon ressenti… et n'utilise pas le même langage avec un ado, un quinquagénaire ou une maman…

Je n’ai pas l’impression de « vendre », mais plutôt de donner une opportunité aux lecteurs de découvrir un style différent, hors catégorie (Fantasy, polars, thriller, humour, ou voyage…). J’adore papoter avec les lecteurs du pourquoi et du comment. Ce qui me touche le plus, c’est de les voir partir avec un grand sourire, qu’ils aient ou non l'un de mes livres à la main. 

Bilan de cette première journée : je suis comblée

J’avais beaucoup anticipé cette journée avec tous les préparatifs, mais une fois que tout a été mis en place, le stress s'est volatilisé. J'ai juste pensé : « OK maintenant, c’est la meilleure partie qui commence ».

Là je me suis rendu compte du chemin parcouru dans ma tête : oui, ce Salon du livre c’est avant tout du plaisir. Il y a eu beaucoup de travail pour les préparatifs, parce que c'était mon premier Salon. Mais c’est avant tout ma passion. Il ne s’agit pas de vendre mais bien d’échanger, de partager… C’est ce que j’ai fait avec beaucoup de naturel tout au long de la journée. J’ai ainsi vendu 11 livres sans avoir l’impression de forcer qui que ce soit. Je suis donc ressortie vraiment contente de cette première journée et sur-motivée pour la seconde !

Deuxième jour : des lecteurs et des auteurs formidables

Changement de place décisif !

La première chose que je fais ce deuxième jour, c’est changé de place. Mon stand était à l’origine dos à l’entrée, dos aux projecteurs. Avec le kakémono, j’étais dans l’ombre et invisible. Sur la table derrière moi, il y avait une place à côté de Laurent Malot et de Cendrine Nougué. Laurent écrit des livres dans plusieurs genres, dont des livres pour les adolescents et jeune adulte. Cendrine, elle, écrit aussi des livres Fantasy pour la jeunesse et les adolescents.

M'installer à leur table avait beaucoup de points positifs : d’une part, mon kakémono serait visible par tous les nouveaux arrivants du Salon et j’allais avoir plus de lumière. Ensuite, j’étais proche d’auteurs qui avaient un public proche du mien, alors qu’avant j’étais entourée par l’érotisme et l’histoire.

Une journée dynamique

Contrairement à la veille, il y a plus de monde. Une question qui se soulève rapidement c’est comment ne pas louper des lecteurs ? En effet, je parle toujours à un lecteur à la fois et cela peut prendre entre cinq et dix minutes. Pendant que celui-ci tergiverse, mon regard capte tous les autres lecteurs potentiels avec qui je ne peux pas parler.

Mais impossible de faire autrement ! Je veux garder ce contact privilégier entre le lecteur et moi. Je décide donc de me concentrer sur chaque personne, car c’est avant tout ce qui me plaît. Les autres repasseront peut-être 🙂

Des lecteurs au petit soin, ça n’a pas de prix !

J'ai été très émue par certains lecteurs au cours de cette seconde journée. D'abord, comme promis, deux lectrices rencontrées la veille sont revenues. Leur retour m'a fait énormément plaisir, mais surtout, le sourire sur leur visage en me revoyant. C'était la preuve que je nouais vraiment quelque chose avec mes lecteurs.

Deux autres lecteurs qui avaient acheté mes livres le premier jour veille sont repassés au Salon. Ils ont fait un crochet par mon stand pour me dire à quel point ils appréciaient leur lecture ! Parmi eux, Aaron, un ado m'a fait des commentaires très constructifs sur "Débolis Héyavé" et j’ai beaucoup apprécié sa franchise ! Même Dan Darieux est revenu à la fin de la journée pour me dire qu’il avait lu la moitié de "Débolis Héyavé" dans la journée, tellement il avait été captivé.

Avez-vous vu la petite clochette en bas à droite ? Elle vous permet d'être averti de la publication des prochains articles !

Ce que je retiens de mon premier Salon du livre

Ce premier Salon du livre m'a permis de mieux savoir qui étaient mes lecteurs. Ceux qui ont le plus craqué pour mes romans sont des adolescents ou des parents voulant offrir le livre à leurs enfants. Parfois, il s'agit aussi d'adultes curieux, de tout âge. J'ai eu une pensée pour Nathalie Bagadey qui parlait de ce jeu : deviner quels lecteurs pourraient être le plus intéressés par nos histoires, les interpeller et voir si nous avions vu juste. Après deux jours, je commence à bien m'en sortir !

Comme promis, je reviens aussi sur ma liste des préparatifs de mon article "Comment j’ai préparé mon premier Salon du livre" : est-ce que tout ce que j'avais prévu m'a été utile ou non ?

Téléchargez ma Check-List du Salon du livre

Que faut-il prévoir en amont ? Que faut-il amener le jour J ? Téléchargez ma check-list prête à l'emploi - ainsi qu'à toutes les fiches dédiées à l'auto-édition - ci-dessous :

Elle est prêt à imprimer, vous n'avez plus qu'à vous en servir !

❌ Les flops des préparatifs

- La newsletter

Je n’ai récupéré qu’un seul e-mail, parce que je ne proposais jamais aux lecteurs de s’inscrire ! En fait j’avais tellement l’impression d’avoir usé de leur temps et de leur patience en leur parlant de mes livres que je n’osais pas aller plus loin avec mon blog… Je pense réessayer lors de séances de dédicace par exemple, avant d'abandonner !

- Les bonbons

En fait, très peu de gens ont été attirés par mes bonbons. Quelques enfants impatients en ont bien grignoté quelques us pendant que leur parent discutait avec moi. Ce sont surtout tous les auteurs qui passaient par là qui les ont dévorés !

- Le kakémono

Je ne suis pas certaine que les lecteurs l’ont beaucoup remarqué. Le premier jour, il était quasi invisible : dos à l’entrée du Salon et à la lumière avec peu de recul sur l’allée. Les lecteurs étaient surtout concentrés sur les livres posés sur les tables. Le deuxième jour, une fois le kakémono orienté vers l’entrée, impossible de dire si certains lecteurs ont été influencés par sa présence ! Personne ne m’en a parlé et rare sont ceux qui sont passés dans l’allée en lisant ce qui était écrit.

✅ Les tops des préparatifs

- Les extraits

Finalement je n’en ai pas donné beaucoup, car j’enchaînais directement sur ma question "quels styles de livre lisez-vous ?". Proposer des extraits plutôt qu’un flyer à vraiment bien fonctionné, je suis très contente de cette idée. Pour tous ceux qui se sont enfuis avec l’extrait sans discuter, je crois qu’il n’y a qu’un ou deux qui sont revenus plus tard. Les extraits sont très courts et ne permettent pas de se faire une idée globale de l’histoire, ils sont donc vraiment un "prétexte" pour ouvrir le dialogue.

- Les marque-pages 

Forcément, je n’étais pas la seule à en proposer ! Ce que je note, c’est que les personnes à qui j’ai parlé du site, les ont utilisés pour y retourner. Ensuite, je pense qu’il faudra attendre pour voir les retomber : est-ce que les lecteurs qui n’ont pas acheté mes livres pendant le Salon le feront plus tard ? Est-ce que les lecteurs qui ont acheté un premier livre seront inspirés par le marque-page et se lanceront à la découverte du second ? À voir 🙂

- Le portfolio de commentaires

J’en suis vraiment contente ! Déjà, je suis contente de l’avoir pris au format A5, il n’envahissait pas toute la table. Ensuite, j’ai pu appuyer tout mon discours dessus, les lecteurs n’avaient donc pas l’impression que je les baratinais. J’ai souvent « insisté » pour dire que tous les commentaires étaient sur Amazon, que je ne les avais pas triés. Parfois, j’ai tourné les pages pour faire défiler les étoiles orange. J’avais aussi mis en avant les titres des commentaires pour que le lecteur se fasse rapidement une idée. Chaque fois que le lecteur a feuillé ce portfolio, j’ai senti que ça avait un impact.

- Les petites notes en bas des livres

J’ai mis une phrase clé représentant l’histoire et le ressenti du lecteur sous chaque livre, et je pense que cela a bien marché. C’était un premier contact positif pour le lecteur. Cela lui permettait de savoir rapidement à quoi il avait à faire, sans lire les commentaires ou la quatrième de couverture. J’ai vu certains acquiescer en parcourant cette petite phrase. Je garde donc l’idée soigneusement.

Notes et pitch
- La seconde dédicace

Les lecteurs en choisissant mes romans auto-édités m'offrent leur confiance et c'est important pour moi de garder le lien créé lors de nos discussions. Alors à la fin de chaque livre, j’ai noté un mot avec mon adresse e-mail pour les encourager à me contacter. C’est beaucoup plus personnel que de demander un commentaire et j’imagine que cela leur fera plaisir de voir un dernier message avant de refermer le livre. En leur tendant leur exemplaire dédicacé, je leur disais bien que ça me ferait plaisir d’avoir de leurs nouvelles et j’ai senti que les lecteurs étaient enthousiastes à cette idée. J’ai hâte de voir si cette démarche va porter ces fruits 😀


Voilà, vous savez tout sur ce premier Salon du livre ! N'hésitez pas à poser vos questions dans les commentaires 🙂

Follow

À propos d'Anaïs W.

Je suis auteur indé depuis 2015 et auteur à temps plein depuis novembre 2016. Chaque jour, je mets en place des stratégies pour vivre de ma passion et je les partage avec vous sur ce blog.

  • Séverine dit :

    Je n’ai jamais eu un tel retour positif de salon, bravo à toi. Je vais te piquer quelques idées. Mon prochain salon est le 12 mars.

    • Anaïs W. dit :

      Coucou Séverine ! Je n’avais pas répondu à ton précédent commentaire où tu disais attendre le résultat et je suis contente que cet article t’apporte de nouvelles idées et le courage de continuer ! Après – je touche du bois – j’espère que mes futurs Salon du livre seront aussi enrichissant ! A priori ce n’est pas toujours le cas ^^ et certains auteurs autour de moi étaient assez désabusés… A voir donc, je travaille sur de nouvelles inscriptions 🙂

  • Nathalie dit :

    Ahhhhhhhhhhhh !
    Je stressais comme une mère poule en attendant le récit de ton Salon, mais tu t’en es tirée comme un chef !
    Oui, parfois c’est frustrant de laisser passer les lecteurs potentiels tandis qu’on papote avec l’un d’entre eux, mais effectivement c’est important de bien rester concentré sur notre interlocuteur.
    Je note l’idée du mail à la fin du livre, c’est très chouette ! ♥

  • Angie dit :

    Merci pour cet article! Il fait du bien car tu poses toutes les questions qu’on pourrait se poser avant et pendant un tel évènement. Puis félicitations pour ce premier salon, c’est une sacrée étape!

    • Anaïs W. dit :

      Merci à toi Angie pour ce commentaire ! Je suis heureuse de pouvoir t’apporter quelque chose à travers mon expérience 🙂

  • Bernard dit :

    Article très interessant, surtout que je participe à mon premier salon ce dimanche. à Bondues (Nord). Donc je ne prends pas de bonbons… Il y a beaucoup de choses à dire sur l’auto-édition et d’expériences à partager. Bravo et merci.

    • Anaïs W. dit :

      Bonjour Bernard !
      Ravie que cet article ait pu vous aider à vous préparer !
      J’ai vu que vous vous étiez abonné à la Newsletter, merci ! 😀
      N’hésitez pas à m’envoyer un email pour me dire comment c’est passé votre premier Salon du livre. Amusez-vous bien en tout cas 🙂

  • Samuel dit :

    Félicitations pour cette ascension. Je voyais dans ton style un talent indéniable, et je suis trés fier pour toi que cela marche aussi bien. Moi je fais de la littérature underground bizarre et je n’ai pas autant de volonté d’ouverture. Sujets trop sombres.

    • Anaïs W. dit :

      Bonjour Samuel ! Merci pour votre commentaire ! J’ai bien lu l’extrait de votre livre que vous aviez mis dans les commentaires, je l’ai trouvé sombre oui, mais bien écrit et intriguant ! Je l’ai malheureusement supprimé pour une seule raison : cela fait beaucoup pour un commentaire ! La promotion de vos écrits, passe encore, mettez un lien à la limite 🙂
      Je pense que votre style à son lectorat, ne laissez pas tomber.
      A bientôt,
      Anaïs

  • Laurent dit :

    Bonjour Anaïs,
    C’est un très bon et intéressant ressenti évoqué à l’occasion de ton premier salon, j’ai adoré lire tes premières impressions et malgré ton jeune âge, je trouve que tu fais preuve d’une grande maturité et sens de l’observation, également d’une force mentale qui m’a epaté. Souvent, comme tu le dis, et c’est valable dans la vie, ce sont des petits détails, qui peuvent paraître insignifiants ou secondaires au premier abord et qui font toute la différence, au final (mis bout à bout). J’aurai bien aimé te rencontrer à Mennecy mais même dans tes futures dédicaces, tu restes juste en région parisienne. A quand une visite en région PACA (83, 06 voire 04 où je réside par exemple), s’il te prenais l’envie de vacances dans le coin, hop, une rencontre-dédicace dans un Cultura ou Leclerc voire une librairie ?’
    En attendant, je t’ai envoyée un email pour te commander tes 2 livres en version brochée et dédicacée, c’est déjà génial.
    A bientôt, Anaïs.

    Laurent

  • >