fbpx

Aujourd'hui, je donne la parole à Jordane Cassidy qui va partager son avis sur Immatériel !

Est-ce que vous connaissez cette plateforme d'auto-édition ? Bien souvent, au moment de publier son livre, on pense avoir deux choix : publier son eBook en exclusivité sur Amazon pour profiter des pages lues (voir cet article si vous ne connaissez pas !) ou publier plus largement sur différentes plateforme (Kobo, Youbook...).

Et d'après Jordane, c'est faux : avec la plateforme Immatériel, il est tout à fait possible de profiter des pages lues d'Amazon (KU/KOLL) ET de diffuser son eBook sur d'autres sites, et donc de contourner cette "exclusivité Amazon".

J'avoue que lors de notre discussion, ça m'a laissée perplexe, car je ne connais pas du tout cette plateforme. Et comme j'aime découvrir et vous donner la possibilité de vous renseigner, j'ai donc demandé à Jordane d'écrire un article sur le sujet.

Voici donc pour vous un article complet sur l'expérience de Jordane pour la diffusion de ses romans et son avis complet sur Immatériel ! Chiffres et graphiques, à l'appui. 🙂

La parole est à Jordane !

Qui est Jordane Cassidy ?

Avant de vous parler diffusion, je vais d’abord faire un petit point sur mon propre cursus. J’ai commencé en 2015. Mon premier manuscrit a été accepté par une petite maison d’édition, suite à un coup de bluff que j’ai fait : j’ai fait une annonce sur Facebook ! Nouvelle autrice cherche maison d’édition pour un manuscrit en romance, etc… J’ai eu des réponses d’éditeurs et voilà comment mon livre a été édité. Attention, en 2014, il y avait très peu de maisons d’édition dédiées à la romance ! Mais mon avantage a été d’avoir un primo-lectorat via la plateforme Monbestseller où j’ai été en tête de classement à l’époque et avoir construit un réseau solide.

Une diffusion sur toutes les plateformes

J’ai donc été diffusée sur toutes les plateformes de vente numérique et papier quand j’ai commencé. Je n’ai pas été dans les rayons des librairies, mais commandable. J’ai énormément vendu le 1er tome (plus de 6000 exemplaires numériques en 3 ans), un peu moins le second et le troisième, mais comparé à aujourd’hui et la hausse de la concurrence, ce fut de véritables succès.

À partir du tome 2 de ma saga, ma relation avec mon éditeur s’est altérée, jusqu’au point de non-retour : en décembre 2017, je récupère enfin mes droits. Je vous épargne la guerre des nerfs, mais pour moi, ce fut une véritable délivrance, tant je ne pouvais plus voir mon éditeur en peinture !

Bref ! Me voilà avec mes livres et libre !

De l'édition traditionnelle à l'auto-édition

Quand vous vivez l’enfer avec un éditeur, vous n’avez aucune envie de replonger avec un autre éditeur. La peur de revivre la même chose prédomine et c’est donc tout naturellement que j’ai envisagé l’autoédition. Comme on dit, mieux vaut être seul que mal accompagné !

J’avais donc deux atouts avec moi : mon expérience de trois ans dans l’édition et un diplôme d’infographiste ! Oui, ça aide pour la communication, la couverture, la mise en page, etc ! ^^‘

OK, je suis parée, j’y vais, je sors une nouvelle histoire, réédite mes tomes et c’est parti ! 2018, ma nouvelle vie d’auteur en autoédition !

Oui, mais que choisir pour publier et diffuser mes livres ?

On a des préférences, des idées, des attentes, des rêves et en fonction, on va s’orienter vers un type de diffusion. Exclusivité Amazon ou diffusion globale ? Quand on voit la réussite de certains avec KDP, on rêve d’une success-story où on est également repérée par la team Amazon et de devenir un de leurs poulains placardés partout.

Premiers pas avec l'exclusivité Amazon - KDP Select

J’ai donc mis mes livres en exclusivité Amazon pendant 6 mois en 2018. J’ai bénéficié d’une promo éclair pour ma nouveauté, j’ai rencontré un nouveau lectorat : celui de Kindle Unlimited. Mais je me suis sentie limitée. Mon lectorat issu de ma première édition n’avait pas forcément accès à ma nouveauté, car lecteur Kobo, iBooks ou Google play n’achetaient pas sur Amazon. Je n’avais pas de site web à l’époque. Et donner l’ebook contre preuve d’achat sur Amazon devenait fastidieux. Quant à l’espoir de se faire remarquer… eh ben, c’est pas gagné !

Les pages lues m’apportaient des redevances, mais cette exclusivité, politiquement parlant, me gênait finalement. Oui, j’ai fait les plumes francophones, découvert le cercle des indés Kindle, mais j’avais l’impression de rester incomplète. Je voulais retrouver l’accessibilité de mon livre sur plusieurs canaux de vente, je voulais m’assurer une voie de secours au cas où Amazon venait à buguer. Oui, penser un crash d’Amazon est extrême, mais reste possible.

L’exclusivité nous coupe finalement d’une grosse partie du lectorat disponible et je ne parle pas des anti-amazon !

Passage à la plateforme PublishDrive

PublishDrive est un diffuseur numérique étranger comme draft2digital. J’ai opté pour cette plateforme car j’avais toutes les plateformes principales (Kindle, iBooks, Kobo et surtout Google play.) + quelques librairies étrangères comme Barnes and Noble, et c’était gratuit ! Je n’avais pas de commission à donner, juste la conversion du taux monétaire du dollar à l’euro. Mais le truc chouette surtout, c’est que je pouvais choisir quel revendeur je voulais !

Je m’inscris donc sur Kobo writing pour pouvoir leur soumettre mes livres en direct, garde Kindle également pour moi et PublishDrive pour le reste. Pour passer directement sa publication sur Apple, il me fallait un ordinateur de la marque ; ce ne fut pas mon cas. J’ai donc laissé iBooks à PublishDrive. Idem pour Google play.

À l’époque, les soumissions pour devenir vendeur chez Google publishing étaient par session. Il fallait réussir à choper une ouverture de session pour postuler. J’ai fait ce micmac pendant 6 mois. C’était super… sauf que je me perdais entre tous les comptes à suivre pour la comptabilité. Et puis le problème de la plateforme étrangère était que la facturation restait compliquée. Je perdais aussi en taux de change.

Puis à Bookélis...

L’avantage de Bookélis : c’est français ! Et donc la diffusion touche des librairies françaises comme Chapitre, Cultura ou Décitre et idem, on peut garder la main sur les 4 revendeurs principaux. Exit la conversion du taux de change, mais welcome la commissionne Bookélis !

Entre temps, j’ai réussi à choper Google seller center et obtenir un compte publisher chez Google. OK, je fais le transfert vers Bookélis et ouvre l’accessibilité de mes livres vers les librairies numériques françaises. Cool ! J’ai la main sur Kobo, Amazon KU/KOLL et Google play, j’ai la distribution partout… parfait !

Enfin presque !

Bookélis, c’est bien, mais 1/pas de facture, juste un tableau qui comptabilise les ventes par livres, mais rien mensuellement, pas de papier de paiement des redevances. Là, ça coince un peu. Et puis toujours ce casse-tête de gestion entre les 4 plateformes : Amazon, kobo, Google play et Bookélis.

C’est ce casse-tête administratif qui m’a fait dire de passer par un diffuseur plus tourné vers les maisons d’édition pour plus de cohérence, moins d’amateurisme aussi.

Une super découverte : mon avis sur Immatériel 

J’avais deux choix : Book on demand et Immatériel.

Book on Demand est allemand et propose une diffusion gratuite chez tous les revendeurs, sans choix possible entre les revendeurs. Ils prennent une commission de 10 %. Sympa. Mais j’ai mes lecteurs KU qui coincent.

Et j’avais une collègue qui était chez Immatériel depuis 2015 et qui me dit alors qu’Immatériel va inclure les abonnements dans leur offre pour 2020. Banco pour moi ! Je signe leur contrat d’exclusivité de deux ans en septembre 2019, ramène tout mon catalogue chez eux en octobre 2019, juste avant la sortie du tome 5 de ma saga phare. En avril 2020, mes livres sont chez tous les libraires numériques + Kindle unlimited, Youboox et Youscribe pour les abonnements. J’ai la totale au même endroit. Impec !

Immatériel : vous n'êtes pas seul

La communication avec les employés du site nickel. On vous répond max sous 48 h.

Le diffuseur met aussi à disposition aussi un forum pour favoriser l’entraide. Des employés y répondent, mais aussi les éditeurs présents sur la plateforme. Cela permet d’avoir toujours une possibilité de communiquer ses problèmes ou doutes hormis le mail contact du diffuseur. Vous avez donc plusieurs types d’interlocuteurs entre le service compta, le service communication commerciale et le forum.

Immatériel et Kindle Unlimited

Si cette option vous intéressen, n’oubliez pas de cocher la case pour mettre votre livre sur KU. Attention : on ne peut insérer nos livres dans KU que deux foix par an, en octobre et avril, et c’est donc une offre renouvelable tous les 6 mois. On coche ou décoche une case si on veut en être ou pas.

Voici ce qu’ils disent à ce sujet :

Pour des raisons pratiques et légales, nous ne pouvons pas vous rémunérer sur ces paiements fractionnés. Comme pour Youboox et Youscribe, nous cumulerons chaque mois ces versements jusqu’à obtenir l’équivalent d’une quantité entière de ventes à l’unité. Nous vous reversons 50 % du PPHT sur ces unités reconstituées.

Mon avis sur Immatériel : un outil puissant et organisé

Tout est répertorié dans un même espace personnel. Je peux choisir de faire une promo quand je veux via un espace dédié au niveau de mes livres et aussi demander à participer aux offres commerciales d’Immatériel en collaboration avec les revendeurs.

Autrement dit, je peux programmer sur l’année des propositions de promotion avec Kobo/Fnac ou Amazon par exemple. Je peux postuler pour bénéficier de l’offre éclair ou du mois Amazon, participer à un évènementiel comme le Black friday ou Noël pour apparaître dans les cadres promos des revendeurs sur leurs sites.

Et enfin, le plus de ce diffuseur : des tableaux statistiques à foison ! Par mois, par livre, par revendeur, avec CA brut ou net, par période définie, par quantité, etc. Et ça, c’est un plus indéniable pour comprendre notre lectorat au moment des sorties de livres et après.

- Des statistiques pour anticiper

Vous avez les stats du mois avec indice journalier quantité/CA, le graphique de ventes cumulées quantité/CA, le graphique comparatif par trimestre du CA, et les ventes par quantité et CA sur l’année.

Cela permet d’anticiper nos ventes à venir en réagissant par une promo, une communication plus ciblée si l’on voit une chute dans les graphiques ou une baisse par rapport au mois ou l’année précédente.

- Exemple d'analyse

Voici un petit topo sur mes ventes numériques pour 2020 de tous mes livres, avec les quantités à côté :

Ce camembert est intéressant, car on peut constater une certaine homogénéité entre les livres et donc déduire une analyse poussée de leur vie. Cela permet de voir où on peut faire des promos pour faire repartir les ventes d’un livre qui a moins vendu. 

JTV5 (Je te veux ! Tome 5) est sorti en novembre 2019 et fait partie de ma saga phare ; il a donc continué de bien vendre en 2020, malgré le fait que ce soit un 5e tome.

De la pluie entre nous est un one shot, mon premier, mais est tombé en pleine annonce de 1er confinement et s’est mal vendu, écrasé par l’actualité Covid. J’ai relancé une promo en novembre qui m’a permis de rattraper quelques ventes.

À votre service ! T2 est sorti en novembre et donc n’a qu’un mois et demi de vie sur le camembert, mais il était attendu depuis deux ans et a donc rattrapé en deux mois les ventes de De la pluie entre nous sur l’année. C’est dire le bide de mon one shot. Le camembert aurait dû montrer une part plus importante pour ce one shot.

Ce sont donc les 3 livres les plus récents, ce qui explique aussi leur part légèrement plus importante par rapport aux autres livres. Les T1 sont plutôt bien vendus, car ils sont l’appel d’offres via les promos : on achète le T1, les autres peuvent suivre, c’est pour ça que JTV2 et JTV3 sont équilibrés. Si le T1 a plu, on achète le T2 et T3. On convertit donc de nouveaux lecteurs. JTV4 a des ventes issues de la promo du T1 et des suivants, mais aussi de lecteurs déjà convertis depuis le début, qui ont pris le temps, et ont acheté le T4 avec la sortie du T5.

Voilà un peu le type d’analyse que vous pouvez faire via un des graphiques d’Immatériel.

Le suivi des ventes et redevances

Vous avez le détail de toutes les dernières ventes. Vous avez possibilités de voir plusieurs pages de vente avec le bouton « plus ». Si vous avez une sortie avec une centaine d’ebooks vendus, le nombre d’ebooks par livre et par revendeur sera mis entre parenthèses devant le prix du livre vendu.

Ex : Je te veux ! T5 _____Amazon Kindle_____ (20) 5.99 €

Le délai d’affichage des ventes va de quelques heures après la vente pour certains revendeurs à 4 jours pour Amazon.

Immatériel prend une commission de 10 % sur le CA. Il y a aussi une commission sur les abonnements (voir ma note plus haut), donc vous ne toucherez pas le même montant que si vous passiez direct via KU, mais comme je disais, tout dépend de vos attentes. Là, vous êtes accessibles partout et vous touchez tous les lectorats possibles, vous n’en lésez pas. Ce que vous perdez en commission, vous le récupérez avec le temps avec le lectorat de nouveaux revendeurs.

Avec la rétroactivité des revendeurs sur les ventes et remboursements, les graphiques sont à titre indicatif. Avec l’arrêt des comptes pour la facturation mensuelle des redevances un peu avant la fin du mois, le montant des graphiques diffèrent un peu de celui apparaissant sur la facture. Vous touchez vos redevances le 15 du mois environ si vous déclarez bien votre facture à Immatériel lorsque le décompte des redevances tombe.

En conclusion

Personnellement, je trouve que c’est actuellement le meilleur compris qu’on puisse avoir. L’exclusivité n’est valable que pour les partenaires avec lesquels ils travaillent. Aussi, si vous voulez par exemple tester Librinova, vous pouvez car ils ne travaillent pas avec eux. Vous pouvez aussi les vendre sur votre site perso.

Personnellement, j’en suis très contente. J’ai trouvé chaussure à mon pied et espère pouvoir trouver la même pour la diffusion de mes livres papier. Mais c’est un autre sujet…

Et vous, qu’avez-vous choisi et pourquoi ?


Un grand merci à Jordane pour cet article complet sur Immatériel et la question épineuse de la diffusion ! Si vous souhaitez en savoir plus sur Jordane et son univers vous pouvez la retrouver sur :


CaTÉGORIE


A PROPOS D'ANAIS WEIBEL

Auteure auto-éditée depuis 2015, je vis de ma passion depuis 2018, avec un SMIC réalisé chaque mois grâce à la vente de mes romans. Aujourd’hui, je travaille à temps plein pour faire connaître mes livres et partage mon expérience et mes stratégies avec vous sur ce blog ! :D

Ces articles pourraient aussi vous intéresser :

La diffusion pour les auteurs indépendant : avis sur Immatériel

Un an en auto-édition : investir en soi pour réussir, avec Fabrice Causapé

Comment développer son lectorat ? Quelques pistes et conseils anti-burn out

{"email":"Email address invalid","url":"Website address invalid","required":"Required field missing"}

PEnSEZ à télécharger l'ebook offert « Les 7 fondamentaux pour s'auto-éditer et vivre de sa passion » !

>