fbpx

Comment réussir en auto-édition ? Est-ce que cette question a seulement un sens ? Réussir, ça peut être vendre son livre. Selon les auteurs, vendre 10 livres par mois est déjà une réussite, alors que pour d'autres, 100 serait beaucoup mieux. Mais réussir en auto-édition, ça peut être beaucoup plus, comme nous le raconte Fabrice Causapé dans ce nouveau Podcast !

J'étais très enthousiaste à l'idée d'interviewer Fabrice Causapé sur sa première année en auto-édition, car je trouve son parcours vraiment très inspirant pour tous les jeunes auteurs.

Après avoir accompagné Fabrice au début de l'année 2020 pour la publication de son premier roman, j'ai suivi son évolution au fil des mois. Je l'ai vu s'épanouir, trouver sa voix, son identité d'auteur et gagner en aisance. Et finalement, Fabrice fait son chemin avec des lecteurs au rendez-vous.

J'ai été tellement touchée et bluffée que je lui ai proposé de vous raconter dans un Podcast cette expérience acquise depuis un an et j'espère que vous en ressortirez prêts à soulever des montagnes pour faire connaître vos livres.

Alors quelle est la définition de la réussite selon Fabrice ? Réponse dans cette vidéo !


Regarder la vidéo de l'interview :

Ecouter l'audio seulement :


Retranscription brève de l'interview

Voici un bref récapitulatif de l'interview de Fabrice Causapé ! 

Bonjour Fabrice ! Où en étais-tu il y a un an, avant de considérer l'auto-édition ?

Bonjour Anaïs, en janvier 2020, j’étais salarié et surtout j’avais écrit 8 romans et je ne parvenais pas à en écrire un plus. Je ressentais une impression de perte de temps et surtout je me demandais si ça en valait la peine. En parallèle de ma passion, je travaillais loin de chez moi et j’y étais jamais.

Pourquoi pensais-tu à l’auto-édition ?

Un ami m’avait parlé d’une jeune fille autoéditée qui vivait de sa plume, du coup, j’ai pris conscience que ce n’était pas un fantasme, mais bien une réalité. Vu que je me prenais des pelles avec l’édition traditionnelle et qu’au fond de moi, je croyais en mes œuvres.

Quels problèmes rencontrais-tu à l'idée de te lancer en auto-édition ? Qu'est-ce qui t’as encouragé à me contacter pour la sortie de ton premier livre Fondamentalement Détestable ?

J’avais été lâché par une ME qui m’avait laissé avec un manuscrit prêt. J’étais frustré et je songeais à stopper l’écriture mais avec aigreur. Le visionnage de tes témoignages m’ont convaincu. Je t’ai d’abord approché puis j’ai reculé pour mieux revenir.

Peux-tu nous parler des défis que tu as relevés pendant l’accompagnement et tes premiers pas en auto-édition ?

Déjà, faire autre chose qu’écrire m’ennuie au plus haut point donc il a fallu me mobiliser. Je ne connaissais rien au processus d’autoédition et tu m’as guidé en t’adaptant à mon rythme. J’ai ressenti des doutes car j’ai découvert que mon manuscrit corrigé ne l’était pas vraiment. Le projet était tellement énorme qu’au moindre doute je songeais abandonner ! Heureusement que tu as été là pour me rebooster dans ces moments-là.

Nous avons donc travaillé ensemble pour apprendre les bases de l’auto-édition, allant de la publication à la promotion de ton premier roman. Tu te souviens de tout ce que tu as accompli pendant cet accompagnement ?

Oui, la communication, la mise en page, les mots clés et la mise en fabrication. Et ce qui a été le plus dur pour moi, c'est de comprendre comment il fallait communiquer sur Facebook. La mise en page fut une horreur, c’est pas pour moi !

Je comprends, c'était une sacrée étape ! Et malgré toutes ces difficultés, tu peux nous en dire plus les résultats que tu as obtenus pour ta première sortie ?

Finalement, nous avons travaillé ensemble pendant 3 mois. Tu peux nous en dire plus sur tes résultats de la sortie de ton premier livre ?

Bien que la crise sanitaire n’a pas vraiment aidé, j’ai tout de même vendu à ce jour 500 romans, 200 papiers et 300 ebooks ! Les premières ventes ont été dingues puis ça a faibli au bout de trois mois pour reprendre en fin d’année grâce à Instagram. J’ai eu de superbes retours qui m’ont légitimé dans mon entreprise. Je ressens moins le syndrome de l’imposteur. Je suis à l’aise.

Je trouve ça vraiment génial pour un première publication ! Et quelles ont été les retombées les mois qui ont suivi l'accompagnement ? Tu as eu d'autres résultats positifs ?

Oh oui, j’ai changé d’emploi, je travaille dans ma ville de résidence. Je n’ai aucun doute sur le fait que ce soit lié. Je mène une vie paisible.

J’ai appréhendé la sortie de mon second livre La 28e Nuit de manière plus décontractée, ce qui m’a joué des tours. J’ai pas donné de deadline et j’ai perdu 3 mois. Donc, je connais le juste milieu à présent pour ma prochaine sortie.

Pour cette sortie, je me suis beaucoup appuyé sur Instagram. Ça m’a vraiment aidé à développer ma visibilité, c’est un superbe outil.

J’ai eu de bons retours également et le lancement s’est bien déroulé malgré mon côté kamikaze.

Et aujourd'hui ? Où en es-tu ? Quelles sont tes perspectives ?

Là, je travaille sur mon prochain roman, je vais publier des nouvelles entre chaque grosse sortie. C’est une course de fond, je me lance pas d’objectif particulier, mon intérêt est d’être lu et si je peux en vivre c’est encore mieux, mais dans tous les cas, si ça doit arriver, ça arrivera. J’ai une certitude, c’est que plus je publierai et plus je serai lu.

Encore merci à Fabrice d'avoir partagé son expérience sur ce blog !

Si vous voulez connaître plus en détails son parcours, n'hésitez pas à écouter le podcast ! Vous pouvez aussi découvrir les romans de Fabrice sur son site et le suivre sur Instagram ou Facebook.


CaTÉGORIE


A PROPOS D'ANAIS WEIBEL

Auteure auto-éditée depuis 2015, je vis de ma passion depuis 2018, avec un SMIC réalisé chaque mois grâce à la vente de mes romans. Aujourd’hui, je travaille à temps plein pour faire connaître mes livres et partage mon expérience et mes stratégies avec vous sur ce blog ! :D

Ces articles pourraient aussi vous intéresser :

La diffusion pour les auteurs indépendant : avis sur Immatériel

La diffusion pour les auteurs indépendant : avis sur Immatériel

Un an en auto-édition : investir en soi pour réussir, avec Fabrice Causapé

Un an en auto-édition : investir en soi pour réussir, avec Fabrice Causapé

Comment développer son lectorat ? Quelques pistes et conseils anti-burn out

Comment développer son lectorat ? Quelques pistes et conseils anti-burn out
{"email":"Email address invalid","url":"Website address invalid","required":"Required field missing"}

PEnSEZ à télécharger l'ebook offert « Les 7 fondamentaux pour s'auto-éditer et vivre de sa passion » !

>